Français du monde. Des pistes pour trouver un stage à l’étranger

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Club Teli fête ses 25 ans. L'association aide les jeunes à trouver un stage ou un petit boulot à l’étranger.

Le Club Teli reçoit de nombreuses demandes, essentiellement de jeunes, mais pas seulement, pour trouver un stage ou un petit boulot à l'étranger.

Entretien avec Christina Gierse, rédactrice en chef de Vivre à l'étranger.com, le site de la mobilité internationale du groupe Studyrama

Trouver un stage à l’étranger lorsqu’on n’a pas de réseau n’est pas facile. En quoi cette association peut-elle aider ?

 Le Club Teli est une association de loi 1901, à but non lucratif, qui met à disposition de ses adhérents une base de données d’entreprises basées à l’étranger. Toutes ces entreprises recrutent des stagiaires ou proposent des jobs ponctuels. Rien que pour les USA, par exemple, on trouve plus de 600 contacts. L’une des missions de l’association est d’actualiser cette base : quelle société recherche quel profil ? A quelle période de l’année ? Pour combien de temps ?

Qui sont les adhérents ?

 Ils sont près de 5.000, et ce sont en grande majorité des jeunes, mais pas seulement. L’adhérente la plus âgée a 59 ans. Elle voulait changer de vie et cherchait un job de nanny -nounou- à New York, qu’elle a finalement trouvé.

Donner des contacts est une chose, mais est-ce toujours suffisant ?

Non. Il faut rester réaliste dans son projet et être proactif. Pas la peine de viser les Etats-Unis si l’on n’a pas d’argent de côté pour le visa, le voyage, le logement... Envoyer 10 CV en six mois ne suffit pas, il faut parfois en envoyer dix fois plus pour réussir !

Aujourd’hui, de nombreux sites proposent des offres de stage. Que peut apporter une association ?

Le réseau, l’expérience et l’accompagnement. Le partage d’informations entre membres est essentiel : lorsqu’un adhérent quitte un stage, il fait passer le message aux autres. Un certain nombre d’anciens adhérents sont devenus entrepreneurs à l’étranger et recrutent leurs stagiaires via le réseau. Enfin, le rôle de soutien de l’association, par "chat" ou téléphone, est essentiel dans les moments de découragement.

Ce service est-il efficace ?

Entre 55 et 75% des adhérents partent effectivement à l’étranger.

Quelles sont les destinations où l’on a le plus de chances de trouver un stage ?

D’après Dominique Girerd, fondateur du Club Teli, le Royaume-Uni et le Canada restent des valeurs sûres auprès des étudiants. L’Australie, mais aussi, plus surprenant, la Nouvelle-Zélande, gagnent du terrain. 
Plus proche de chez nous, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse forment le trio de tête des destinations offrant le plus de débouchés. Enfin, le modèle scandinave a la cote depuis deux-trois ans : ces pays attirent un nombre croissant de jeunes en quête d’une première expérience professionnelle, mais aussi d’une certaine qualité de vie.

Lui écrire 

Aller plus loin

Le Club Teli

Retrouvez cette chronique sur Vivre à l'étranger.com, le site de la mobilité internationale du groupe Studyrama

Vous êtes à nouveau en ligne