Apprendre l'anglais au pays des Kiwis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cela se joue parfois à peu de choses. Sarah Quévit-Perinelle raconte que ce sont les surfeurs australiens qu'elle croisait chaque été sur les plages de l'Atlantique qui lui ont donné l'idée de partir au pays des kangourous.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Même si, faute de renouvellement de visa, c'est en Nouvelle-Zélande, pas très loin de là, que la Française et son mari vivent aujourd'hui, Sarah travaille au département marketing d'une école de langue d'Auckland, qui attire chaque année au pays des kiwis 200 jeunes du monde entier. "Apprendre l'anglais ici , promet Sarah, c'est être baigné non-stop dans la culture, à l'école, dans la famille d'accueil ou en regardant la TV. C'est aussi l'opportunité de découvrir un pays à l'autre bout du monde."

Mais le projet a un coût : l'école propose des séjours avec anglais intensif en immersion à 1.650 euros les 4 semaines, sans compter le billet d'avion ! 

(©)

"Les élèves passent ici en général 4 à 8 semaines,  témoigne Sarah. Il y a moins de cours qu'en France et 15 étudiants par classe, ce qui permet à tout le monde de participer, surtout à l'oral, aux activités de groupe, pour les débloquer."  L'école emploie 23 personnes. A 20.000 kilomètres de Paris, la Nouvelle-Zélande promet un sacré dépaysement. Avec la Coupe du monde de rugby, le pays attire de plus en plus de touristes étrangers. "Le rugby, ici, c'est une religion , assure Sarah. On ne vit que pour cela. Même les filles s'y mettent, avec le "touch rugby", une variante un peu plus soft du jeu à quinze, sans contact physique."

(Le bâtiment de l'école ©)

Née à Saint-Aubin de Médoc, fille d'un père acupuncteur, Sarah se souvient que son premier voyage en Australie remonte à ses 17 ans, dans le cadre d'un échange au lycée."Ma mère nous a toujours poussés, mes frères et moi, à voyager et à recevoir des correspondants étrangers."  Après le bac, la jeune femme enchaîne sur l'IUT Tech de Co à Bordeaux, puis un Master en tourisme à Bruxelles, en Belgique, la patrie de son futur mari. Puis arrive l'Australie, en 2007. "On a acheté un van, on a parcouru 47.000 kilomètres la première année , se souvient la Française. Grâce au visa vacances travail, on trouvait des petits boulots de ville en ville, comme le ramassage de fruits."

(La salle internet ©)

En Nouvelle-Zélande, après avoir vécu deux ans et demi dans un motel, le couple a emménagé dans une maison de l'autre côté d'Auckland, dans le North Shore. "Dès qu'on passe l'immense pont qui surplombe la baie, on se retrouve au milieu des plages et de la nature, c'est un peu comme si on arrivait en vacances !"

Lui écrire

Aller plus loin

(L'accueil ©)

Son école d'anglais à Auckland, World Wide School Of English

Retrouvez ce portrait dans Objectif Aquitaine, le magazine d'informations en Aquitaine

Vous êtes à nouveau en ligne