Expliquez-nous … le tiers payant

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que les médecins font la grève contre la généralisation du tiers payant, France Info vous rappelle ce qu’est ce système.

Pour faire simple, le tiers payant permet au patient de ne pas avancer d'argent pour être soigné. 

En général, quand il consulte, le patient paie immédiatement. Ensuite la Sécurité sociale rembourse en totalité ou en partie. Avec la carte vitale, c'est rapide, quelques jours. Avec une feuille de soins, cela prend des semaines, voir des mois. Enfin, pour compléter le remboursement de l'Assurance maladie, il y a celui de la complémentaire santé, pour ceux qui en possèdent une.

Un système en vigueur dans certains cas

Le tiers payant existe aujourd’hui dans un certain nombre de cas. Pour les personnes très modestes qui bénéficient de la Couverture maladie universelle complémentaire, pour celles qui ont l'Aide médicale d'Etat, les  victimes d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle et les personnes hospitalisées dans un établissement sous convention avec l'Assurance maladie.

Pharmacies et laboratoires

Dans le cadre de conventions avec l'Assurance maladie, on peut bénéficier du tiers payant pour des médicaments remboursés par la Sécurité sociale. Même chose pour des examens en laboratoire ou dans des cabinets de radiologie.

Précisons qu'à la pharmacie, il faut accepter les médicaments génériques quand ils existent. Si on refuse, on ne bénéficie pas de tiers payant.

Ticket modérateur

Le ticket modérateur est un tiers payant partiel. Là, on paie uniquement la part des frais qui ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Ce qu'une mutuelle peut ensuite prendre en charge, en totalité ou pas.

Tiers payant généralisé

Pour le tiers payant généralisé que le gouvernement veut mettre en place, l'idée serait de ne plus avancer les frais chez le médecin pour tout le monde. Les frais seraient pris en charge par la Sécu et la mutuelle.

 

Par exemple, pour une consultation de 23 euros chez un généraliste au tarif conventionné, le patient ne paierait pas les 15,10 euros pris en charge par l'Assurance maladie ni les 6,90 euros à la charge des mutuelles.  

Pour être payé, le médecin devrait se tourner vers la Sécurité sociale et les complémentaires santé qui sont des centaines en France.  C’est cette nouvelle gymnastique administrative que beaucoup de médecins n'ont pas envie de la pratiquer.

Toutes les vidéos d' Expliquez-nous, c'est ICI