Expliquez-nous… le revenu universel

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Premier ministre Manuel Valls entend ouvrir un grand débat sur le revenu universel et procéder à une réforme en profondeur des minimas sociaux. Il l'a dit ce mercredi sur France Info.

C'est un revenu d'existence que tout le monde reçoit sans conditions. Tous les citoyens quelque soit leur âge: chômeurs, travailleurs à temps plein ou à temps partiel, retraités. Ce revenu universel est cumulable avec d'autres revenus. Ce revenu remplacerait certaines aides pour éviter les doublons comme le RSA, des allocations, ou encore le quotient familial. Pour le montant, il faut prendre comme repère le RSA, un revenu minimum pour une personne seule sans ressource : 525 euros.

Le conseil national du numérique évoquait dans un rapport jusqu'à 1.000 euros par mois. Une pure folie pour certains économistes.

D'où vient cette idée ?

Une allocation pour tous, sans contrepartie. La liberté pour chacun de la compléter en travaillant. Le travail deviendrait donc un choix. Ça c'est une idée ancienne. On la trouve sous la plume du philosophe anglais Thomas More au XVIe siècle.

Le prix Nobel d'économie américain et libéral Milton Friedman le défend dans les années 60. Marx a aussi défendu ce revenu universel dans un monde où les métiers seront de plus en plus remplacés par des machines. L'idée a fait son chemin dans les années 70 avec le premier choc pétrolier et la montée du chômage. Cette réflexion s'accélère encore à l'heure de l'économie numérique. Selon un récent rapport en France 42% des métiers pourraient être automatisés à terme. Pas seulement des métiers manuels mais aussi des tâches intellectuelles. Pour ses défenseurs, le revenu universel est une arme efficace contre le chômage de masse et la misère. Pour ses détracteurs, le revenu de base encourage les fainéants et détruit la valeur travail. Ils posent aussi la question de son financement.

Est-ce que ce revenu de base a déjà été appliqué à l'étranger ?

Cette idée est discutée partout dans le monde et de plus en plus expérimenté. Certaines provinces canadiennes l'ont testé dans les années 70-80 avec un bilan positif. Le revenu de base est inscrit dans la Constitution au Brésil et en Namibie. En Alaska, depuis 2014, chaque habitant a droit à 1.700 euros par an. Une rente issue des revenus du pétrole.

En Finlande, une allocation mensuelle d'environ 550 euros par habitant quelques soit ses revenus pourrait être instauré l'année prochaine. Cette mesure proposée par le gouvernement de centre-droit était une promesse de campagne. Elle sera mise en place si elle est validée en novembre. La ville d'Utrecht aux Pays-Bas est sur le point d'expérimenter un système approchant.

En Suisse, la population se prononcera au mois de juin sur un revenu  sans condition ni contrepartie. Un collectif citoyen plaide pour un montant de plus de 2.000 euros mensuels.

Vous êtes à nouveau en ligne