Expliquez-nous... le quinquennat présidentiel

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'était il y a quinze ans exactement. Le 24 septembre 2000, un référendum permettait l'adoption du quinquennat présidentiel en France.

Le 24 septembre 2000, on est alors en pleine cohabitation. Avec un Lionel Jospin conquérant à Matignon et un Jacques Chirac un peu vieillissant à l’Elysée. Le référendum pose la question suivante aux Français :  "Approuvez-vous le projet de loi constitutionnelle fixant la durée du mandat du président de la République à cinq ans ?"  Les électeurs votent "oui" à une large majorité : 73,21 % des suffrages exprimés dans un contexte de forte abstention. Le quinquennat est appliqué pour la première fois lors du mandat suivant, après l'élection de 2002.

Pourquoi ce changement ? 

Il s’agissait de mettre en place un renouvellement plus fréquent du mandat présidentiel. Exigence moderne de la démocratie affirmait alors Jacques Chirac pourtant très réticent à l'origine. L'autre objectif en cette période politique un peu compliquée était de diminuer les risques de cohabitation en alignant sa durée sur celle du mandat des députés. L’institution du quinquennat est une rupture importante avec le septennat consacré par les constitutions de 1875, de 1946 et de 1958. Le septennat était bien installé dans la tradition républicaine française. On va dire comme un petit reste de monarchie. 

Un débat politique pour l'instauration du quinquennat 

Le quinquennat a été envisagé à plusieurs reprises au XIXe siècle et au XXe siècle. Le débat s'est intensifié avec la constitution de 58. Constitution qui donne des pouvoirs importants au président.

Pour beaucoup il faut donc au moins réduire la durée de ce mandat. Pompidou, le premier, envisage une réforme qui n’aboutira pas. Dans ses 110 propositions, François Mitterrand se prononce pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. Mais là encore rien ne bouge. La répétition des cohabitations après 1986 réactualise le débat. Mais, il faut finalement attendre 2000. Valéry Giscard d’Estaing dépose une proposition de loi constitutionnelle visant à réduire le mandat présidentiel. Le débat est relancé. Lionel Jospin y est favorable et ensuite Jacques Chirac. Tout le monde ou presque se rallie à l’idée d'un quinquennat qui sera donc renouvelable une fois.

 

Une modification peu convaincante 

Beaucoup constatent aujourd'hui le peu de temps accordé par ce rythme démocratique au président et gouvernement pour faire aboutir des reformes importantes. Sans compter que sur les cinq ans du mandat présidentiel, en gros, deux sont sacrifiés totalement à la politique et à la campagne pour une éventuelle réélection.

  

Vous êtes à nouveau en ligne