Expliquez-nous... Le marché des moteurs de recherche sur internet

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que cette semaine, le géant Google fête ses vingt ans et que le français Qwant lance une version adaptée aux plus jeunes, focus de franceinfo sur le marché des moteurs de recherches.

Google domine partout ou presque.

Le marché mondial est toujours largement dominé par Google. Google, c'est 90% des requêtes dans le monde, plus de 90% en Europe, au Moyen Orient et en Afrique. Google qui vient de fêter ses vingt ans, s'est imposé au départ en modifiant la manière dont les systèmes classent les résultats de recherche -non plus seulement en comptant le nombre de fois où des mots clefs recherchés apparaissent sur une page mais en analysant les relations entre les pages internet.

Les concurrents se partagent 10% de parts de marché

Se partagent les 10% de parts de marché restants, l'Américain Bing, élaboré par Microsoft (à l'origine MSN Search, devenu Windows Live Search, puis Live Search).

Vient ensuite Yahoo, qui résiste et fait figure d'ancêtre à l'échelle de la temporalité internet, créé avant Google, en 1995. Puis on trouve le Chinois Baidu. Baidu c'est de très loin le premier moteur de recherche en Chine. Il est utilisé par 7 Chinois sur 10.

Le Russe Yandex s'en sort très bien chez lui, numéro un en Russie, devant Google, avec plus de la moitié des parts de marché.

Le Coréen Naver est lui à entre 20 et 30% de parts de marché en Corée du Sud.

En Europe, des "petits" tentent de s'implanter en misant sur le respect de la vie privée ou la dimension éthique et environnementale

Les concurrents de Google en Europe mettent avant tout en avant le respect de notre vie privée. Né en 2013, basé en France, Qwant s'engage à ne collecter aucune donnée personnelle chez ses internautes et fonctionne sans cookie, sans traceur publicitaire. Qwant cherche à s'étendre auprès du grand public. C'est désormais le moteur de recherche par défaut à l'Assemblée nationale. Cela dit, Qwant ne représentait que 10 milliards de requêtes l'an dernier, l'équivalent de trois jours sur Google.

L'Américain DuckduckGo met lui aussi en avant le respect de la vie privée.

D'autres moteurs ou métamoteurs de recherche -métamoteur c'est à dire qu'ils puisent leurs informations à travers plusieurs moteurs généralistes- misent eux sur la dimension sociale et environnementale. C'est le cas de l'Allemand Ecosia qui reverse des bénéfices à un programme de reforestation pour compenser la consommation d'énergie liée aux recherches internet, ou du Français Lilo qui finance des projets sociaux ou environnementaux.

Vous êtes à nouveau en ligne