Expliquez-nous... le compte pénibilité

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que le numéro un du Medef, Pierre Gattaz, refuse d'appliquer le compte pénibilité au 1er juillet, France info vous rappelle quel est ce dispositif.

Le compte pénibilité est un dispositif qui fait partie de la réforme des retraites du gouvernement. Il permet à des salariés qui ont un métier pénible de partir à la retraite plus tôt, de travailler à temps partiel ou encore de se former sans perte de salaire. 

Fonctionnement  

Le compte pénibilité concerne les salariés du privé, soit potentiellement 3 millions de personnes, selon le gouvernement. Les salariés vont pouvoir engranger des points en fonction de la dureté de leur emploi. Quatre points par an pour un seul facteur de pénibilité (par exemple le bruit) et huit points par an quand il y a plusieurs facteurs (par exemple bruit + travail de nuit). Les points cumulés tout au long d'une carrière sont ensuite utilisés pour prendre sa retraite plus tôt par exemple. 

Quatre facteurs de pénibilité déjà en œuvre

Il existe dix facteurs de pénibilité fixés par la loi. Quatre facteurs sont déjà en vigueur depuis 2015. Travail de nuit, travail répétitif, travail en horaires alternants et travail en milieu hyperbare (comme les travaux sous-marins).  

Six facteurs supplémentaires au 1er juillet 2016 

Les autres critères de pénibilité qui entrent en vigueur le 1er juillet 2016 sont : les postures pénibles, la manutention manuelle de charges, les agents chimiques, les vibrations mécaniques, les températures extrêmes et le bruit. C’est cela que le patron du Medef Pierre Gattaz ne veut pas appliquer. 

(Parmi les facteurs de pénibilité, les charges lourdes et les postures pénibles (carrière de Perros-Guirec en Bretagne) © LE SAUX LIONEL/SIPA)

Trop compliqué et trop tôt ?

Il estime que les mesures sont trop compliquées à mettre en œuvre et que l'application des six nouveaux critères arrive trop tôt. Car il faut mesurer la pénibilité dans les entreprises selon des critères définis par la loi. Cela prend du temps. Par exemple, il est écrit dans la loi qu’un salarié touchera des points s’il lève des charges de plus de 15 kilos ou s’il pousse des poids de 250 kilos au moins 900 heures par an. 

Sur le terrain 

De nombreuses entreprises sont prises de court, mais pas toutes. Pour l'année 2015, 26 000 entreprises ont rempli les fiches d'exposition à la pénibilité de 500 000 salariés. Et d'après un sondage, dans le BTP et l'industrie, 88% des entreprises affirment avoir appliqué le dispositif quand elles étaient concernées par un des 10 facteurs de pénibilité. Cela dit, la moitié de ces entreprises a déclaré que la mise en œuvre du dispositif était difficile. Enfin, la dernière chose qui fait tiquer le patronat, c'est le financement du compte pénibilité par les entreprises.

Vous êtes à nouveau en ligne