Expliquez-nous... le coeur Carmat

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un coeur artificiel mis au point par la société française Carmat a été implanté il y a près de deux semaines chez un troisième patient à Paris.

Ce coeur artificiel est plus gros, il pèse 900 grammes contre 300 pour un coeur humain. Il est fait en materiaux bio-synthétique pour éviter les risques de rejets.  Le cœur artificiel repose sur le principe que cet organe humain n’est rien d’autre qu’une pompe, capable de s’adapter aux besoins du corps. La prothèse créée par les ingénieurs de CARMAT comprend donc deux cavités ventriculaires droite et gauche comme le coeur naturel. Ces cavités sont séparées en deux par une bio-membrane souple. Ce qui ménage un passage pour le sang, un pour ce que Carmat appelle le liquide d’actionnement. Un sac externe contient ce liquide et bat au rythme cardiaque.

Par impulsion hydraulique grace à deux pompes miniatures, le liquide d’actionnement déplace cette bio-membrane. Et on retrouve le mouvement de la paroi ventriculaire du cœur humain. Ce mouvement provoque l’admission et l’éjection du sang Enfin, un dispositif électronique régule le fonctionnement de cette prothèse en fonction des besoins des patients à partir d’informations données par des capteurs.La prothèse est implantée dans la cage thoracique et raccordée aux oreillettes naturelles.Enfin ce coeur artificiel doit être alimenté par des batteries externes portées à la ceinture par exemple. Des batteries de trois kilos avec une autonomie d'une douzaines d'heures. 

Ça represente un besoin important en France et dans le monde 

La demande potentielle est énorme. On fait 300 transplantations cardiaques en France alors qu'il faudrait au moins 3.000 coeurs chaque année affirme le professeur Alain Carpentier qui est le concepteur de cette technologie avec Carmat.L'implantation aujourd'hui de ce coeur coûte grosso modo celui d'une greffe. Mais gros avantage : ce coeur Carmat évite les traitements immunosuppresseurs contre les risques de rejets : des traitements très onéreux de l'ordre de 20 mille euros par an.Aujourd'hui dans le monde plus de 100 mille insuffisants cardiaques sont dans l'attente d une greffe. Un marché potentiel énorme. 

Que sont devenus les deux premiers greffés avec ce coeur artificiel  ?

Huit mois après son opération, l'homme de 69 ans qui a subi à Nantes la 2eme implantation du coeur Carmat a repris le vélo. C'est dire si officilement tout va bien pour lui pour l'instant. Le premier porteur d'un coeur Carmat est lui décédé le 2 mars 2014, 74 jours après cette opération. Le coeur Carmat est actuellement dans la première des deux phases d'essais cliniques prévues avant une homologation et commercialisation dans l'Union européenne.   

Vous êtes à nouveau en ligne