Expliquez-nous... La mobilisation des jeunes pour le climat

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que de jeunes Français appellent à une "grève pour le climat" le 15 mars prochain et à des rassemblements réguliers d'ici cette date, focus de franceinfo sur l'origine de ce mouvement mondial de lycéens et d'étudiants pour réclamer des actions urgentes contre le réchauffement climatique et ses répercussions

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'origine du mouvement

Cette mobilisation virale, mondiale, ce mouvement de "grève scolaire pour le climat", est parti il y a six mois, de Suède. Il a été initié par une jeune fille de 15 ans, Greta Thunberg. Elle raconte avoir eu l'idée de cette mobilisation en discutant avec d'autres jeunes Suédois, inspirés par les adolescents de Parkland en Floride, ces jeunes qui après la fusillade dans leur lycée avaient lancé une mobilisation d'adolescents dans tous les Etats Unis, avec pour objectif de durcir la législation sur les armes à feu.

Depuis le 20 août dernier, Greta Thunberg manifeste donc devant le parlement suédois, distribue des tracts, le vendredi, à l'heure où la plupart de ses copains sont à l'école. Si son action a commencé à être imitée à l'étranger, c'est d'abord parce qu'elle s'est exprimée sur les réseaux sociaux, mais aussi parce qu'elle a, à plusieurs reprises, pris la parole devant des dirigeants du monde entier, avec une détermination et un aplomb saisissants. Deux discours ont particulièrement marqué: le premier mi-décembre à la COP 24 sur le climat en Pologne, le second au forum économique mondial de Davos où la jeune fille avait été invitée. Greta Thunberg était venue de Suède en Suisse en train, de façon à limiter son impact climatique -un voyage de 32 heures-

Un exemple suivi, au fil des mois, par des lycéens et étudiants de plus en plus nombreux

Le mouvement a essaimé au Danemark, en Allemagne, au Canada, en Australie, aux Pays Bas, en Suisse, ou en Belgique, où la mobilisation, coordonnée par plusieurs lycéennes, ne cesse d'augmenter. 35 000 jeunes ont manifesté le 24 janvier dans tout le pays, 14 000 hier.

Certains des jeunes Français qui s'apprêtent à manifester aujourd'hui le voient comme une première étape avant leur participation à une "grève internationale des jeunes" prévue le 15 mars

La réponse de Greta Thunberg à ses détracteurs. 

Greta Thunberg a, ces dernières semaines, été critiquée sur les réseaux sociaux et elle a répondu à celles et ceux qui la disent instrumentalisée par des adultes (militants, conseillers, communicants...). "Je parle en mon nom propre, j'écris moi même mes discours" précise t-elle. Elle ajoute que ses parents étaient à l'origine assez éloignés de ces problématiques et n'étaient pas favorables au fait qu'elle manque l'école. La plupart des adolescents qui manifestent ont des propos similaires et revendiquent l'indépendance, le pragmatisme, le caractère spontané et non partisan de leur mouvement.

Vous êtes à nouveau en ligne