Expliquez-nous ... la loi handicap

Les associations de défense de handicapés dressent un bilan mitigé de la loi handicap, promulguée il y a 10 ans. Qu’y avait-il dans cette loi ?

La loi handicap "loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées". L'Insee estime que 9,6 millions de personnes sont concernées au sens large par le handicap.

Contenu de la loi

Une des mesures les plus saillantes était celle-ci : il fallait que les handicapés puissent avoir accès dans un délai de dix ans aux espaces publics, aux transports et aux bâtiments nouvellement construits.

Autre mesure importante, pécuniaire celle-ci : que les tous les handicapés touchent une prestation de compensation, c’est-à-dire de l'argent pour couvrir les dépenses liées handicap.

Il y avait aussi des mesures pour faciliter l'intégration à l'école, l'insertion professionnelle et la création de Maisons départementales des handicapés, un guichet unique pour simplifier toutes les démarches des handicapés.

Verre à moitié vide ?  

Après dix ans, le bilan est contrasté. Pour les bâtiments qui reçoivent du public, entre 30 et 40% seulement sont accessibles aux handicapés. Et face aux retards accumulés, le gouvernement a donné l’an dernier des délais supplémentaires de trois à six ans pour qu'ils entrent en conformité. Les associations de handicapés ne sont pas satisfaites.

Elles ne sont pas non plus satisfaites des Maisons départementales des handicapés. Car les délais de traitement des dossiers sont souvent trop longs et peuvent atteindre jusqu'à 18 mois. Les démarches restent assez compliquées et les difficultés varient d'un département à l’autre. Il faut dire que le nombre de demandes a explosé.

Autre sujet. L'argent versé pour aider les handicapés. Cette mesure certes permis à de nombreux handicapés de mieux vivre, mais très souvent, cette prestation de compensation ne suffit pas à couvrir les dépenses. Par ailleurs, elle devait être donnée à tout le monde sans distinction d'âge et visiblement, ce n'est pas le cas. On estime qu'un million de handicapés vivent sous le seuil de pauvreté.

Ecole et l'insertion professionnelle

La loi affirmait que tout enfant handicapé devait être inscrit dans l'école de son quartier. Depuis 2005, le nombre d'enfants scolarisés en classe ordinaire a augmenté de 30% selon les organisations. Le nombre d'étudiants a doublé, mais des progrès sont encore nécessaires sur l'accès aux locaux scolaires ou sur l'adaptation des manuels scolaires.

Quant à l'accès à l'emploi, malgré la loi, le taux de chômage reste aujourd'hui 2 fois plus élevé chez les handicapés que chez les personnes valides.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ICI

Vous êtes à nouveau en ligne