Expliquez-nous ... l'alerte météo rouge

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les intempéries meurtrières des Alpes-Maritimes avaient été classées orange, mais pas rouge. C’est quoi l’alerte rouge ?

L’alerte rouge de Météo France est tout à fait exceptionnelle et n’a été déclenchée qu’une vingtaine de fois en France en l’espace de 15 ans. Par exemple en 2002 lors des inondations dans le Gard (24 morts), lors de la tempête Klaus dans le sud-ouest en 2009 (12 morts)  et lors de la tempête Xynthia en 2010 (53 morts). Pour Xynthia, l’alerte rouge concernait quatre départements de l’ouest.

Rouge, c’est quoi ?

L’alerte rouge signifie que le phénomène météo est d’une intensité rare, qu’il représente un grave danger pour la population du département concerné, et donc qu’une vigilance absolue s’impose. Ce qui veut dire que la population doit se tenir au courant de la situation, par les média notamment et  respecter impérativement les consignes des autorités sur les déplacements par exemple.

Le rôle des autorités 

Tout part d’en haut, du ministère de l’Intérieur, puis les préfectures, qui alertent les mairies, qui doivent ensuite alerter la population, donner des consignes de prudence, fermer des lieux publics, des parcs, évacuer de campings, des zones inondables, annuler des manifestations.

La préfecture, avec une cellule de crise, coordonne aussi tous les services de secours ou de dépannage : forces de l’ordre, pompiers, Samu, sécurité civile, ERDF, les services de l’équipement.

Le rôle de Météo France      

Le niveau d’alerte est fixé par Météo France. Au niveau local, les centres départementaux font leurs prévisions. Ensuite, il y a sept centres interrégionaux qui proposent des couleurs. Et c’est le centre national de prévision qui décide des couleurs et qui publie la carte finale. La carte est actualisée deux fois par jours, à 6 heures et à 20 heures.

Les alertes rouges peuvent être des alertes orages, pluies inondations, vents violents, vagues-submersion, neige et verglas, avalanches, grands froids et canicule. Le passage d’un niveau à l’autre dépend de la puissance et de la durée du phénomène bien-sûr. Ensuite de la zone menacée. Est-ce  une zone très peuplée ou pas ? Cela dépend aussi de l’heure du phénomène : en fin de journée, un samedi soir, avec du monde dans les rues ou sur les routes.     

Orange/rouge

L’alerte orange est moins contraignante que l’alerte rouge. Elle parle de "phénomène dangereux", pas de "phénomène d’intensité rare", exceptionnel. Elle demande d’être "très vigilant" mais pas de "vigilance absolue". Les déplacements sont juste déconseillés. C’est moins impératif que l’alerte rouge.

Il est déjà arrivé que certains épisodes graves n’aient été classés qu’en orange au départ par Météo France. C’est le cas des orages et inondations dans  le Var qui avaient fait 27 morts en juin 2010, et aussi des intempéries de ce weekend en dans les Alpes-Maritimes.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

Vous êtes à nouveau en ligne