Expliquez-nous... Bodrum

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'Europe sous le choc après la publication des photos du corps sur une plage en Turquie d'un petit garçon mort noyé après le naufrage de deux embarcations transportant des Syriens. Ces bateaux étaient partis dans la nuit de mardi à mercredi de Bodrum à destination de l'île grecque de Kos. Une photo d'autant plus insoutenable que Bodrum est un peu considéré comme le St Tropez en Turquie.

Bodrum est une ancienne ville portuaire qui est rapidement devenue l'un des endroits préférés des touristes du monde entier. Bodrum depuis les années 60 -70 est renommé pour ses criques et ses plages au bord de la mer Egée mais aussi ses nuits agitées, ses restaurants exotiques. La ville compte 90.000 habitants ; beaucoup plus, quatre à cinq fois plus pendant la période estivale. Particulièrement prisée par la bourgeoisie d'Istanbul et les touristes étrangers. Bodrum attire également maintenant des foules de touristes moins fortunés, surtout des jeunes, qui débarquent par charters entiers.

La ville attire beaucoup plus aujourd'hui pour ses loisirs balnéaires et ses fêtes que pour ses monuments archéologiques grecs ou le Château St Pierre construit  par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ce Château St Pierre trône au-dessus du port. Bodrum est également réputé encore aujourd'hui pour ses chantiers navals. On y fabrique encore de magnifiques goélettes et autres voiliers en bois.  

Bodrum, nouvelle destination des migrants 

Quatre kilomètres séparent la péninsule de Bodrum de l’île de Kos en Grèce. Toute cette région est donc devenue l'une des routes qui mènent à l'Europe via la Grèce. Plusieurs centaines de  migrants arrivent chaque nuit sur l'île grecque à bord d'embarcations de fortune.  On est très  loin des magnifiques yachts ou Goélettes aperçus dans le port de Bodrum. Les migrants à Bodrum sont plutôt très discrets au milieu des touristes, ils sont en grande majorité syriens.

Des milliers de Syriens franchissent la frontière avec la Turquie au nord du pays, puis longent la côte vers Bodrum à l’Ouest. Là, il ne leur faut que quelques minutes pour rejoindre l'Ile de Kos.

La traversée coûte entre 1.000 et 2.000 dollars par personne. Des passeurs turcs se sont spécialisés dans ce business.  Ce qui ne laisse évidemment pas indifférent en Turquie : de nombreux reportages ont été réalisés. Hakan Gunday, un jeune écrivain turc en vogue, y a même consacré un roman dès 2013.  Le livre vient de sortir en France. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne