En route vers Paris 2024. Un programme scolaire aux couleurs olympiques

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En septembre 2017, on connaîtra le pays qui organisera les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. La candidature parisienne permet dès à présent de faire évoluer le programme scolaire avec notamment la mise en place de l'année de l'olympisme.

L’année scolaire 2016/2017 respire l’olympisme. En effet, le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a mis en place le dispositif de "l’Année de l’Olympisme de l’école à l’université". Ainsi, chaque enseignant peut proposer des projets, des outils pédagogiques qui permettent une éducation par le sport.

Le sport, un terrain d’expression pour apprendre autrement

Si vous êtes professeur et que vous voulez faire découvrir à votre classe des valeurs via l’olympisme, il vous suffit alors d’expliquer votre projet sur la plateforme du ministère de l’éducation. Il est ensuite labellisé et vous recevez un accompagnement du mouvement olympique de votre académie. Via le réseau Canopé (Réseau de création et d'accompagnement pédagogiques) et son module "La grande école du sport", il est aussi possible de trouver des ressources pédagogiques sur le sujet, libres de droit et utilisables en classe, du cycle 3 à la terminale.

A titre d’exemple, Londres avait testé ce même type de programme éducatif (le programme éducatif "Get Set") pour les Jeux de 2012. 91% des enseignants ont déclaré que cette initiative avait eu une incidence positive sur le travail d’équipe et la motivation des élèves.

L’olympisme dépasse largement le cadre des jeux

Pour l’instant plus d’une centaine de projets ont été labellisés dans le cadre de "l’année de l’Olympisme". Tout s’étudie via l’olympisme. Des projets liés à l’histoire, à la littérature, à la géographie, aux langues étrangères, à la laïcité, à l’ouverture au monde, fleurissent la plateforme.

L'occasion est idéale pour les enseignants de démontrer toute leur imagination, comme à Saint-Denis-de-Cabanne dans la Loire où "une classe éco sportive" s’est créée. Au programme : des jeux sur les codes du sportif et de l’alimentation, une brocante avec la revente d’équipements sportifs déjà utilisés ou la mise en pratique des gestes éco sportifs (respect de l'environnement, utilisation de gourdes...).

Ailleurs en France, des raids sportifs sont organisés pour comprendre les valeurs comme le goût de l’effort, l’entraide, l’autonomie. Dans de nombreuses écoles, on découvre la pratique handisport avec pour objectif de mieux appréhender une situation de handicap.

Capter l’imagination de la jeunesse

De son côté, la candidature de Paris 2024 a aussi voulu capter l’imagination de la jeunesse via des défis à réaliser avec sa classe ou seul. Jusqu’en mars 2017, vous avez la possibilité de produire des films, des poésies, des chansons, des photos, des cartes de vœux aux couleurs de Paris 2024.

Les lauréats de ces défis gagneront des voyages au Musée de l’Olympisme à Lausanne ou au Musée National du Sport à Nice, des places pour des compétitions ou des rencontres avec des champions.

L’actualité de la semaine

Un brésilien complète les rangs de Paris 2024. A 45 ans, Saint-Clair Milesi devient le nouveau directeur de communication. Cet Italo-Brésilien pourrait être un vrai atout pour la candidature française. Il parle six langues, a œuvré pour le comité de candidature de Rio aux Jeux 2016 et était directeur de la communication de la Coupe du monde de football 2014.