En route vers Paris 2024. Tokyo : J-100, le décompte est lancé

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cécilia Berder, membre de l’équipe de France d’escrime, est en pleine sélection pour les JO de Tokyo. Elle nous fait vivre de l’intérieur le quotidien d’un athlète de haut niveau.

Mercredi 14 avril 2021, nous étions à J-100 des Jeux de Tokyo. Beaucoup d'athlètes attendent encore leurs sélections. Sur les environ 300 olympiens français prévus, une cinquantaine a déjà obtenu sa sélection officielle.

Sélectionné ou en attente, le J-100 fait quelque chose

Ce joli chiffre montre bien l'événement approcher. Si jamais nous n'étions pas au courant de l'information, un gigantesque compte à rebours a été affiché à l'entrée de notre centre d'entrainement à l'INSEP, où on voit toutes les secondes s'égrainer.

Arrivé à J-100 des Jeux, il y a peu de bouleversements dans notre vie d'athlète, mis à part la multiplication des demandes médias. Dans des sports olympiques bien souvent confidentiels, il est important de savoir les gérer au mieux, et de ne pas se faire dépasser dans un emploi du temps déjà assez serré.

L'expérience, un vrai atout

Dans une période où tout s'accèlere autour de soi, se connaître et être malin pour atteindre son pic de forme au meilleur des moments ressemble à un art. Avec le préparateur physique et le kiné, un véritable travail d'orfèvre est réalisé, au quotidien, pour mettre mon corps dans les meilleures dispositions et être prête à affronter toutes les montagnes.

Il existe aussi des dangers. A mon sens, tout révolutionner à quelques mois d'un grand challenge n'est pas opportun. Ce n'est pas nécessaire de faire plus ou moins que d'habitude, mais de faire juste. Faire juste, c'est s'entourer de personnes qu'on connaît, en qui on a confiance et de communiquer avec les entraîneurs sur nos attentes, nos objectifs, nos doutes, nos espoirs.

Car j'en suis persuadée, une haute performance se trouve dans les détails. Pas de doute la dessus, l'aspect technico-tactique sera bien répété. Les détails, eux, iront se chercher dans la préparation mentale par exemple pour bien visualiser les enjeux d'un tel événement. Ils se trouveront aussi dans notre capacité commune, une fois les sélections annoncées et digérées, à créer un esprit de groupe, un sentiment d'appartenance. C'est bien moins palpable qu'une parade riposte mais sur une piste olympique, ça peut tout changer.

Les Jeux de Tokyo veulent être le symbole de la résilience, de la solidarité et de la fraternité humaine

Évidemment, des incertitudes tournent encore autour de cet événement. Beaucoup de rumeurs circulent encore sur son organisation, sur la vaccination, sur la présence ou non de spectateurs japonais ou sur la volonté du peuple japonais à accueillir les Jeux... Mais ce sont toutes ces choses que l'athlète ne maîtrise pas. Alors, aujourd'hui, à J-97 des Jeux de Tokyo, la philosophie du jour après jour a toute sa place.

Vous êtes à nouveau en ligne