En République Tchèque, la cité médiévale de Cesky Krumlov à son tour menacée par le tourisme de masse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec 13 000 habitants et plus d'un million et demi de visiteurs par an, cette petite ville située au bord de la Vltava souffre de l'afflux massif de touristes, surtout chinois.

Au sud de la République Tchèque, la cité médiévale de Cesky Krumlov commence sérieusement à être victime de son succès. Comme la capitale Prague, la petite ville souffre de certaines conséquences négatives de l'affluence de visiteurs, dont beaucoup viennent d'Asie, et plus particulièrement de Chine.

Même si l'été est terminé, la foule se presse encore tous les jours dans les étroites ruelles pittoresques de la petite ville située au bord de la Vltava, la même rivière qui traverse Prague. Si, auparavant, les touristes venaient en majorité de l'Autriche et de l'Allemagne voisines, aujourd'hui ce sont des dizaines de cars remplis de touristes chinois qui sont acheminés quotidiennement vers ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Une taxe pour les cars de touristes

Avec 13 000 habitants seulement et plus d'un million et demi de visiteurs par an, la population locale est débordée par cet afflux, pas aussi rentable qu'on pourrait l'imaginer, car les touristes ne passent ici que quelques heures. Cesky Krumlov n'est effectivement qu'une toute petite étape pour prendre quelques photos dans un tour d'Europe en général très chargé et effectué au pas de course.

Depuis le mois de juin, les autorités tchèques ont mis en place une nouvelle taxe, dans le but de réguler ce tourisme de masse. Chaque autocar touristique doit s'acquitter de 50 euros. Et cela semble avoir aidé à réguler le trafic estival, selon la municipalité. Il y a également quelques initiatives citoyennes et même artistiques, avec un projet conçu par une artiste pour inciter les gens à revenir habiter dans le centre-ville de Cesky Krumlov.

Une ville clonée en Chine

Cette arrivée massive de touristes chinois a débuté en 2016, au moment où le président tchèque, Milos Zeman, a commencé à mener une campagne active pour attirer les capitaux chinois, et les touristes, en République Tchèque. Le succès a été très relatif dans le domaine des investissements directs, mais dans le tourisme cela semble avoir eu un impact.

Néanmoins, les touristes chinois n'ont plus besoin aujourd'hui de venir en République Tchèque pour voir Cesky Krumlov. En effet, la petite ville médiévale fait partie de la dizaine de cités européennes clonées et construites à l'identique dans la ville chinoise de Dongguan sur un site financé par Huawei, le géant des télécoms.

Vous êtes à nouveau en ligne