En Pologne, la dernière forêt primaire d'Europe reste sous la menace de prochains abattages

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ces dernières années, la forêt de Bialowieza a vu des forestiers couper des arbres dans une partie du site classé patrimoine mondial par l'Unesco. La justice européenne est intervenue pour sauver ces arbres millénaires.

C'est un site unique en Europe. Au Nord-Est de la Pologne se trouve la forêt de Bialowieza, la dernière forêt primaire du vieux-continent. Ce terme primaire signifie qu'elle n’a jamais été touchée ni transformée par l’homme depuis des milliers d’années.

L'habitat des derniers bisons en liberté d'Europe 

La forêt occupe 200 000 hectares et a été classé en 2014 par l’Unesco comme une réserve de biosphère. À l’intérieur, 5 000 hectares sont primaires. Dans son ensemble, on compte près de 20 000 espèces d’insectes et plus de 200 spécimens d’oiseaux. Des loups et des lynx ont trouvé refuge ici et surtout, symbole de cette forêt, les derniers bisons à vivre en liberté en Europe vivent dans la forêt de Bialowieza. Ils seraient environ 600.

Un peu plus de 100 000 touristes viennent à Bialowieza chaque année. Si la majeure partie de la forêt est accessible au public, il faut être obligatoirement accompagné d’un guide pour découvrir la forêt primaire et rester sur les trois sentiers tracés. Une fois dedans, on découvre des arbres morts qui ne sont pas ramassés volontairement explique Joao Ferro, un guide d’origine portugaise. "En général, il y a dix fois plus d’organismes associés à la décomposition qu’un arbre vivant. Ça crée un sol d’extrême bonne qualité, explique-t-il. La couche d’humus qu’on a ici est incroyablement profonde, c’est ce qui retient l’eau et c’est cela qui donne une qualité nutritionnelle aux plantes extraordinaire comparé à la grande majorité des paysages européens". 

Une forêt menacée par le gouvernement 

Joao Ferro compare la forêt primaire de Bialowieza à un sanctuaire, une cathédrale de la nature. Pourtant, ce lieu est menacé par le gouvernement polonais. En 2016 et 2017, les ultra-conservateurs au pouvoir et les forestiers ont mené de vastes coupes. Elles n'ont pas eu lieu dans la partie primaire mais dans le reste de la forêt, protégée par l’Unesco. Leur justification : lutter contre un coléoptère qui s’attaque aux arbres, et menace donc la survie de la forêt.

Pourtant, l’argument n’a pas convaincu la Cour de justice européenne. Elle a ordonné à la Pologne d’arrêter les coupes. Depuis près de deux ans, on n’entend plus le bruit des tronçonneuses à Bialowieza mais le guide, Joao Ferro, craint que cela ne recommence. "L’argumentation qu’on peut entendre des politiciens, cette ligne n’a pas changé. Imaginez qu’un gouvernement en France va dire que la tour Eiffel commence à se dégrader donc il faut utiliser le métal et on peut après construire une nouvelle tour Eiffel".

Malgré la menace de l’Unesco de placer Bialowieza sur la liste du patrimoine mondial en péril, les forestiers et le gouvernement prévoient de nouvelles coupes d’ici deux ans. 

Vous êtes à nouveau en ligne