En Irlande, une déclaration du Premier ministre qui ne passe pas

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le gouvernement a fait face la semaine passée à une véritable polémique. Dans les journaux, les éditoriaux et les lettres ouvertes se sont multipliées contre le Premier ministre.

Sur les réseaux sociaux, #NotMyTaoiseach ("pas mon Premier ministre") figurait la semaine dernière parmi les principaux sujets. Mais pourquoi les Irlandais sont-ils si en colère après leur Premier ministre ? Ces citoyens considèrent que leur chef de gouvernement s’est montré irrespectueux de l’histoire nationale. Nous sommes en ce moment en plein centenaire de la guerre d’indépendance irlandaise, et Leo Varadkar a voulu commémorer, lors d’une cérémonie au château de Dublin, la Royal Irish Constabulary.

La RIC, c’est l’ancêtre de la police irlandaise, créée quand l’Irlande faisait encore partie du Royaume-Uni. Il y a un siècle, pendant la guerre d'inédpendance irlandaise, les policiers de la RIC ont combattu ceux qui étaient alors des rebelles indépendantistes. Et certaines unités paramilitaires sous responsabilité de la RIC se sont rendues coupables d’exactions durant ce conflit qui a duré deux ans.

Comme "commémorer le fascisme en Italie"

Mais pourquoi l’État organise-t-il une cérémonie commémorant ceux qui étaient alors les ennemis de la République irlandaise ? Tous les ans, la police irlandaise, la Garda Síochána, rend hommage à ses ancêtres de la RIC morts en fonction, mais jamais en présence de responsables politiques. Leo Varadkar a voulu cette année rappeler que tous les Irlandais n’étaient pas républicains à l’époque et qu’il fallait respecter toutes les sensibilités présentes dans le pays.

Ça n’a donc pas plu à une partie de la population irlandaise. Parmi les Dublinois que franceinfo a interrogés, Deaglán résume un point de vue assez répandu : "C’est une idée folle de vouloir les commémorer. C’est comme commémorer les nazis en Grande-Bretagne, ou encore le fascisme en Italie ! Ça n’arriverait jamais. Ce ne sont pas des Irlandais, ce sont des unionistes, des Britanniques, c’est tout !" La RIC a été démantelée à l’indépendance, en 1922.

C’étaient de mauvaises personnes, ils ont tué des Irlandais, des catholiques. Ils leur ont tiré dessus, les ont emprisonnés.

Un Irlandais en colère contre le Premier ministre

à franceinfo

Reculade du gouvernement

A la suite de ses propos, le Premier ministre Leo Varadkar n’a pas vraiment apprécié d’être pris pour cible par les internautes. Il a appelé ses concitoyens à davantage de maturité au sujet de leur histoire.

Mais devant le tollé, son ministre de la Justice a fait demi-tour et annoncé le report de la cérémonie. Charlie Flanagan s’en est expliqué au micro de la radio télévision nationale, et explique qu'il n'a "jamais été question de célébration. Ce qui était prévu était une cérémonie sobre et solennelle. Pour moi, la base de cette décennie de commémoration, c’est la reconnaissance de la riche fresque qu’est l’histoire irlandaise. Je suis surtout déçu pour les milliers d’Irlandais dont les ancêtres se sont vaillamment illustrés dans la RIC."

La nouvelle commémoration n’a pas encore de date. Ce ne devrait pas être une cérémonie officielle mais plutôt un évènement à caractère éducatif, comme par exemple une conférence ou un séminaire, en accord avec le comité d’historiens consultés par le gouvernement.

Vous êtes à nouveau en ligne