En Grèce, un monastère sur une île attire les foules tous les ans

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le monastère de Saint-Panteleimon, situé sur l'île de Kalymnos, célèbre son icône fin juillet. Chaque année, le nombre de bateaux et d'avions est multiplié pour amener les pèlerins. 

C'est l'une des fêtes religieuses les plus fastes en Grèce. La Saint-Panteleimonas est célébrée le 27 juillet sur l’île de Kalymnos. Une cérémonie particulièrement suivie dans un pays très religieux, puisque plus de 80% des habitants, essentiellement orthodoxes, se déclarent croyants et pratiquants.

Un monastère entièrement féminin qui attire les foules

L’île de Kalymnos est connue sous le nom de l’île des pêcheurs d’éponges. Ici, les gens sont très pieux. Il y a 400 monastères et petites chapelles pour 17 000 habitants. Le plus connu, celui qui fait venir des gens des quatre coins du monde orthodoxe, c’est le monastère de Saint-Panteleimon. Il s'agit d'un monastère féminin dédié à un guérisseur à qui on attribue une multitude de miracles.

Ce lieu est devenu un véritable pôle d’attraction. Les miraculés y viennent pour le remercier de les avoir sauvés, d'autres viennent demander de l'aide, quand certains souhaitent rester en bonne santé.

Les liaisons maritimes et aériennes augmentent avant la fête

Cette fête se déroule le 27 juillet mais traditionnellement, c’est la messe de la veille qui est la plus spectaculaire et qui attire le monde. Le monastère est situé dans une grotte sur une montagne où un berger a découvert l'icône de Pantelimonas intacte il y a trois siècles. À peine 20 personnes peuvent y tenir debout, d’autant que plusieurs popes et évêque officient.

Avec les bougies, l’encens qui brûle et les gens qui se bousculent pour embrasser l’icône miraculeuse, ou qui font la queue, on étouffe littéralement. Les pèlerins, endimanchés, attendent dehors un peu partout sur la montagne aménagée pour l’occasion. Pour pouvoir faire venir tout le monde à temps, les liaisons maritimes et les vols ont été multipliés. Tous les taxis sont mobilisés et les coiffeurs travaillent sans relâche, car tout le monde veut se faire une beauté pour l'occasion. Parmi les pèlerins, certains viennent de Bulgarie, de Russie et de Roumanie. D’ailleurs, beaucoup de nonnes du monastère sont Roumaines.

De nombreuses offrandes

On amène des énormes pains plats pétris avec de l’anis et de sésame, les fameux Artous. On offre aussi des breloques religieuses en fer blanc, les tamata, qui montrent la personne malade, ou la partie du corps à guérir. Des bijoux sont aussi accrochés sur l’icône. Il y a aussi d’énormes bougies, des galons d’huile d’olive. Toutes ces offrandes restent en l’état dans ce très joli monastère situé en pleine forêt et peint à la chaux blanche. Son clocher rassemble trois cloches aux sons différents. C’est devenu un lieu mythique pour les croyants et un rendez-vous à ne pas manquer.

Vous êtes à nouveau en ligne