En Grande-Bretagne, pour se refaire une santé après les fêtes, on observe un "Dry January"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Originaire de Grande-Bretagne, ce défi de passer un mois sans consommer de l'alcool après les fêtes de fin d'année n'est pas soutenu par Emmanuel Macron qui a tout simplement annulé la campagne gouvernementale de sensibilisation.

Après un mois festif, les Britanniques se reprennent en main. Le réveillon de la Saint-Sylvestre passé, il est temps de faire place au "Dry January". Ce défi de "janvier au sec", sans une goutte d'alcool, s’est exporté en France et en Belgique. Cette cure détox a été lancée en 2013 par l'association Alcohol Change UK. Depuis, les Britanniques sont chaque année de plus en plus nombreux à relever le défi. L'an dernier, ils étaient un peu plus de 4 millions à avoir fait "Dry January".

>>> Êtes-vous prêts à relever le défi du "Dry January", le mois sans alcool ?


Bière à la main, les Britanniques y pensent déjà. Lorraine a décidé de tenter l’expérience : "Il y a eu deux week-ends où on a beaucoup bu et beaucoup mangé. Alors en janvier, tout le monde veut avoir une vie un peu plus saine. C’est pour cela que j'ai décidé de le faire." Selon elle, le "Dry January" est la meilleure façon de retrouver la forme après des fêtes de fin d’année arrosées.

Des effets sur la santé

Si le "Dry January" a un effet direct sur le portefeuille, il a également des effets positifs sur la santé. "Je l’ai fait il y a quelques années et je dormais beaucoup mieux", confie Susan, qui n'est pourtant pas prête à retenter l'expérience cette année. 

Selon une étude récente de l'Université de Sussex, ne pas boire pendant un mois permettrait également de perdre du poids et d’avoir une peau plus jolie. Il y aurait même un effet au long court : une personne qui relève le défi en janvier arrive plus facilement à se débarrasser de ses mauvaises habitudes et boirait moins le reste de l’année.

Une baisse de fréquentation dans les pubs

Depuis 2013, chaque année en janvier, les pubs enregistrent une légère baisse des ventes. Elle représente environ 2%. Pour parer le phénomène, certains proposent de l’alcool soldé, d’autres tout un panel de mocktails et smoothie. Heineken a même lancé, en édition limitée, une bière sans alcool qu’elle commercialise spécialement pour le "Dry January".

En France, le mois de janvier ne sera pas si sobre puisqu’Emmanuel Macron ne soutient pas l’initiative. Le président de la République a tout simplement annulé la campagne gouvernementale de sensibilisation. Les associations et spécialistes en addiction s’insurgent et pointent du doigt la pression des lobbies.

Vous êtes à nouveau en ligne