En Espagne, le désert de Tabernas reste hanté par les westerns de Sergio Leone

C’est dans cette région du sud de l'Espagne que Sergio Leone a tourné de nombreux westerns comme "Le Bon, la Brute et le Truand" ou "Pour une poignée de dollars".

Cet Hollywood européen se trouve dans la province d'Almeria et plus particulièrement dans le désert de Tabernas. C’est là que Sergio Leone a tourné nombre de ses westerns, dont Ennio Morricone a composé les bandes originales. Le Bon, la Brute et le TruandPour une poignée de dollars, etc... On peut dire que le compositeur a signé la bande son de ce territoire.

Cette ambiance western perdure dans trois parcs à thème touristiques, des villages du Far West avec saloon, cowboys et french cancan, comme à l'Oasys Mini Hollywood. Le directeur du parc, Jose Maria Rodriguez, explique ce qui a séduit Sergio Leone : "Il y avait deux éléments importants : d’abord, la proximité avec l'Italie où il faisait son cinéma, où il avait ses studios, Rome, Cinecitta… Et puis il y a une grande similitude entre ce territoire et les paysages des Etats-Unis et du Mexique. Venir tourner ici, c'était très clairement moins cher et plus facile." 

La nostalgie d’un âge d'or

Jusqu'à 40 films par an se tournaient dans le désert de Tabernas du milieu des années 1960 aux années 1980. Des westerns mais aussi des péplums, des films d'aventure et de science-fiction. La région vit un peu dans la nostalgie de cet âge d'or. Surtout les personnes âgées, qui faisaient de la figuration, construisaient les décors ou servaient les équipes à table. "Ce fut une époque inespérée, explique Miguel, qui tient toujours un restaurant dans le centre du village de Tabernas. Je travaillais avec mon frère et jamais on n’aurait pensé connaître une période si merveilleuse. Sinon on aurait fait plus de photos ! Ici, énormément de monde venait comme Sergio Leone ou Lee Van Cleef. J'ai même une photo avec Lee Van Cleef." Cet acteur joue la brute dans le film Le Bon, la Brute et le Truand.

Le cinéma reste une source de revenus pour Tabernas. L’âge d’or est fini, mais le désert reste plébiscité par les professionnels. La municipalité mise dessus pour redynamiser ce territoire touché par l'exode rural et un taux de chômage élevé. "C’est sûr que nous aimerions que beaucoup de productions viennent, indique Mercedes Diaz, la conseillère municipale de Tabernas en charge de la culture. Cela serait vraiment bien pour la commune, permettrait d’améliorer l’économie et d’augmenter la population. Beaucoup de jeunes partent travailler ou étudier ailleurs. Tabernas se dépeuple, nous avons besoin que cette industrie fleurisse." Tabernas accueille d’ailleurs un festival dédié au western, il devrait avoir lieu du 8 au 11 octobre prochain.

Vous êtes à nouveau en ligne