En Espagne, la province de Valence achète une montagne pour plus d'un million d'euros

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans un pays épinglé pour de nombreuses infractions environnementales, la province de Valence se démarque en investissant dans le patrimoine. Le gouvernement régional vient d'acheter une montagne à plus d'un million d'euros pour la protéger.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Est-il possible d'acheter une montagne ? Il semblerait que oui en Espagne. Le gouvernement de la province de Valence, à l’est du pays, vient d’acheter une montagne pour 1,14 millions d'euros pour la protéger et pour qu'elle soit accessible à tout le monde.

Une "valeur sentimentale" pour les Valenciens

La montagne de Penyagolosa, connue sous le nom de “Géant de pierre”, a été récupérée par le gouvernement parce qu'elle est un symbole du patrimoine naturel de la région de Valence. Classé parc naturel, la majorité de cet espace était jusqu'à présent privé.

Le président de l’exécutif régional, le socialiste Ximo Puig, s’est félicité de cette acquisition. D’après lui, c’est non seulement un espace naturel "merveilleux", mais il est aussi doté d’une grande "valeur sentimentale" pour tous les Valenciens. Par ailleurs, ce site fait partie du réseau européen Natura 2000, avec des zones de protection pour les oiseaux. C’est également un lieu de pèlerinage et une référence pour les amateurs de randonnées et de courses de montagne. Désormais, “le Géant de pierre", dont la silhouette rappelle un géant couché, appartient à tous les Valenciens. 

Le gouvernement régional investit dans le patrimoine

Le président régional a lancé une offensive afin de récupérer des symboles du patrimoine naturel, comme “le Géant de pierre”, mais aussi des biens emblématiques historiques et culturels. La région a acheté le Théâtre principal de la ville de Alicante, un château-forteresse du XVIème siècle. Il est également nouveau propriétaire de la résidence valencienne du célèbre poète espagnol Antonio Machado, lieu où il a vécu pendant la Guerre Civile espagnole, quelques mois avant son exil en France.

Il s’agit, selon le président socialiste régional, de quatre symboles forts pour les Valenciens et il est important de les protéger. À quelques mois des élections régionales, l’exécutif valencien veut donc témoigner son attachement à la culture, l’histoire, l’environnement et l’écologie.

Politique rare dans un pays où il y a des infractions environnementales

En matière de protection du patrimoine naturel, le gouvernement régional de la province de Valence ne rejoint pas la politique nationale. Pour la 3ème année consécutive, l’Espagne a été le pays de l’Union Européenne qui a commis le plus d’infractions environnementales. Le Parc national de Doñana, en Andalousie, réserve de la biosphère et patrimoine de l’Humanité est un site naturel qui inquiète tout particulièrement depuis des années. La Commission européenne a donc décidé récemment de poursuivre l’Espagne devant la Cour pour non-protection des zones humides de Doñana, comme l’exige la législation de l’Union Européenne.

Il y a un autre exemple qui symbolise les problèmes de protection du patrimoine naturel en Espagne. Il s’agit d’un énorme hôtel construit de manière illégale dans une zone protégée, le parc naturel de la province d’Almeria,en Andalousie. Après la mobilisation des citoyens et des associations écologiques, la Cour Suprême a prononcé, en 2016, l’obligation de détruire l’hôtel de la plage de l’Algarrobico. Mais, trois ans plus tard, rien n’a été démoli.

Vous êtes à nouveau en ligne