En direct du monde. La Bolivie face à la sécheresse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis une semaine, la Bolivie est en état d’urgence national. Le pays fait face à la pire sécheresse de ces 25 dernières années. Même la capitale administrative, La Paz, est désormais touchée par les coupures d’eau.

Cela fait plus d’un an que la sécheresse touche l’ensemble du pays, en raison notamment du phénomène climatique El Niño. Les campagnes ont été les premières victimes du manque d’eau et, depuis trois semaines maintenant, c’est au tour de La Paz et de ses 800 000 habitants d’être touchés : environ la moitié de la ville subit des coupures. Un programme est communiqué aux 94 quartiers concernés. Il est prévu trois jours sans eau suivi de quelques heures d’ouverture. Mais ces horaires ne sont quasiment jamais respectés et certains quartiers n’ont en réalité plus une seule goutte, avec tout ce que cela implique : plus de toilettes, plus de douche, plus de vaisselle.  A l’origine de la situation : la sécheresse mais également un glacier qui alimente la partie sud de la ville qui disparaît, à cause du réchauffement climatique.

Les autorités gèrent mal le problème

Evo Morales, le président, assure qu’il n’a pas été mis au courant du niveau très bas des barrages autour de La Paz, alors que le problème était connu depuis plusieurs mois par l’entreprise chargée de l’approvisionnement en eau. Des têtes sont tombées mais cela ne calme pas les habitants privés d’eau.
Des manifestations (de quelques dizaines de voisins, ou de centaines d’habitants mécontents) ont lieu quasiment tous les jours, dans les quartiers à sec. Les Boliviens reprochent au gouvernement de ne pas avoir pas construit les infrastructures nécessaires pour alimenter la ville. En 20 ans la population de La Paz est passée de 730 000 habitants à 1 200 000 et les constructions de nouveaux barrages ont beaucoup tardé. Un seul est actuellement en travaux et ne sera pas terminé avant l’année prochaine. Il y a quelques jours, une manifestante exprimait sa colère et comparaît le petit million d’habitants de la zone de La Paz à la population de Mexico : "Mexico compte 20 millions d’habitants et ne manque pas d’eau. Pourtant le changement climatique affecte cette ville exactement comme nous. Parce-que le problème n’est pas, comme ils disent, qu’il n’a pas assez plu, le problème est la très mauvaise administration."   

L'approvisionnement est difficile

Sur le court terme, pour le moment, des camions-citernes sillonnent la ville pour distribuer de l’eau aux habitants qui font la queue pendant des heures, avec toute sorte de récipients, des seaux, des bassines, des poubelles, voire même parfois de simples bouteilles. On ne sait jamais quand aura lieu la prochaine distribution. Et cela ne fait qu’augmenter la grogne des habitants. Dernier scandale en date : l’utilisation de camions destinés au transport d’essence pour approvisionner la ville en eau.
En attendant la saison des pluies qui se fait attendre, les coupures d’eau vont continuer, les écoles sont sur le point de fermer, les hôpitaux font des réserves comme ils peuvent. On craint un véritable problème de santé publique dans les semaines à venir. 

Vous êtes à nouveau en ligne