En direct du monde. En Indonésie, les habitants de Jakarta doivent capturer les rats qui pullulent

Jakarta, la capitale de l'Indonésie, est l’une des mégalopoles les plus peuplées au monde. Aucun recensement n’a jamais été fait sur le nombre de rats dans la ville.   Les autorités viennent de demander aux habitants de capturer eux-mêmes les rongeurs.

Jakarta demande aux habitants de la capitale de capturer eux-mêmes les rats. Une récompense de 20 000 roupies, soit environ 1,40 €, sera offerte à tout personne qui en attrapera un, quelle que soit sa taille. C’est une grosse somme pour l’Indonésie, où 40% de la population vit avec moins de 2 € par jour.

C’est le gouverneur adjoint de Jakarta qui a lancé l’initiative. Il n’a pas précisé si l’animal devait être attrapé mort ou vif  mais il a appelé les habitants à ne pas utiliser d’armes à feu, par peur que les balles blessent des passants.

Pourquoi la ville a-t-elle décidé de lancer cette campagne ?

Pour prévenir les épidémies causées par les rats. Jakarta est une ville très sale, où la plupart des gens mangent dans les rues midi et soir. Dans des petits stands, les vendeurs préparent des plats à base de poulet, de riz et de beignets et font la vaisselle dans des bassines à même le sol. Donc niveau hygiène, ce n’est pas terrible.

Que vont  devenir les rats une fois capturés ?

Ils devront être remis à l’administration des sous-districts de Jakarta, puis ils seront envoyés à l’agence d’assainissement de la ville qui se chargera de les enterrer dans des cimetières prévus pour.

Des fonds ont été alloués pour rétribuer les chasseurs de rats, mais les autorités n’ont pas dévoilé le montant du budget, ni d’objectif chiffré, néanmoins  "iI y aura autant de récompenses que de rats", a promis le gouverneur adjoint."

Une telle initiative existe ailleurs dans le monde ?

La France avait mis en place une initiative similaire à l’époque coloniale au Vietnam. Mais ca n’avait pas bien marché. Les chasseurs de rats d’Hanoï ramenaient seulement la queue de l’animal aux autorités. En général, ils la tranchaient et relâchaient les rongeurs.

Vous êtes à nouveau en ligne