En direct du monde. En Espagne, Madrid est envahie par des perruches.

C’est une invasion massive qu’affronte Madrid. 5 000 perruches vertes, exotiques, ont élu domicile dans la capitale espagnole. Mais ces animaux de compagnie peuvent transmettre des maladies.

A Madrid, il est très facile d’apercevoir ces oiseaux et d’entendre leur cri pas très joli. Les écologistes qui ont enquêté sur l’arrivée de ces oiseaux, l’association SEO Birdlife notamment, pensent même que c’est à Casa de Campo, que sont arrivés les premiers oiseaux, les premiers couples. Probablement des animaux en cage dont leurs propriétaires se seraient lassés. Ils ont colonisé le parc, d’abord, puis la ville tout entière. Il faut savoir que ce sont des animaux qui vivent jusqu’à vingt ans et que leur croissance peut-être exponentielle. Les experts estiment que la population pourrait doubler en un an.

Quels problèmes posent ces perruches ?

C’est vrai qu’ils ont l’air sympathiques, ils sont en plus d’un vert chatoyant. Cela donne un côté tropical à Madrid, mais le principal problème, c’est qu’ils bouleversent l’écosystème local, ils entrent en concurrence avec d’autres espèces traditionnelles. La population du moineau, par exemple, qui n’avait pas besoin de cela, se réduit énormément en Europe. Le moineau doit disputer ses miettes de pain avec cette perruche argentine, un oiseau plus grand et plus fort que lui. Sans compter les dégâts sur la végétation, les perruches construisent des nids qui peuvent peser jusqu’à 50 kilos…  Ces perroquets peuvent en plus transmettre des maladies, l’ornithose par exemple, qui peut être transmise à l’homme. Bref, ce n’est pas vraiment pas un cadeau.

La mairie de Madrid va-t-elle lancer une chasse à la perruche ?

Les autorités municipales y songent de plus en plus. Pour le moment un rapport de SEO birdlife est à l’étude. La principale conclusion, c’est qu’il faut se débarrasser de ses oiseaux.  Les capturer est une piste, mais ce n’est pas forcément facile, et puis ensuite qu’en fait-on ? D’autres villes espagnoles précédemment touchées, comme Saragosse, par exemple, ont essayé de percer les oeufs, pour éviter leur reproduction. C’était assez inefficace, Ils ont fini par sortir les fusils de chasse, tout bonnement. Tuer ces animaux, c’est une option qui est sur la table. Les écologistes en général la critiquent en disant que les perruches n’ont pas à payer l’irresponsabilité de l’homme, car elles ne sont pas arrivées d’elles-mêmes en Europe. Toujours est-il que c’est une possibilité légale face à une espèce invasive et la mairie de Madrid devra arbitrer, trouver la solution du moindre mal. La cohabitation, en tout cas, n’est plus une possibilité viable pour l’environnement. 

Vous êtes à nouveau en ligne