En direct du monde. En Espagne, la finale de la Ligue des champions se joue aussi devant un ordinateur

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'UEFA organise la finale de la "e-Champions league", vendredi, juste avant l'ultime match de la compétition de football. Un Français figure parmi les finalistes.

La finale de la "e-Champions league", compétition européenne de football en jeu vidéo, a lieu vendredi 31 mai à Madrid, en Espagne. Elle se déroule donc 24 heures avant la finale de la compétition "réelle", entre Liverpool et Tottenham, toujours dans la capitale espagnole. C'est la première fois que l'UEFA, l'instance du football européen, associe les deux compétitions. 

100 000 dollars pour le vainqueur

Au début de la compétition, en mars, 500 joueurs s'affrontaient. Vendredi, ils ne sont plus que huit. Il ne reste donc que les meilleurs gamers pour se disputer une place en finale : trois Américains, un Brésilien, un Néerlandais, un Danios, un Bulgare... et un Français ! Ils s'affronteront dans l'après-midi sur le jeu Fifa 2019, dans des matches d'une quinzaine de minutes. A la clé pour le vainqueur : 100 000 dollars de récompense.

Ces joueurs sont des professionnels dont le jeu vidéo est devenu l'activité exclusive ou au moins principale. Tous sont salariés par des clubs de e-sport. Ces gamers sont en général jeunes : Rafsou, le joueur français, a 21 ans, et c'est le deuxième joueur le plus âgé des huit qualifiés. "C'est surtout en début d'année qu'on doit beaucoup jouer", explique-t-il. "On passe vraiment beaucoup d'heures à apprendre les bases, comprendre le jeu, apprendre de nouveaux dribbles, connaître de nouveaux joueurs."

Pendant environ un mois, on joue entre 14 et 15 heures par jour.

Rafsou, gamer français qualifié pour la finale d'e-Champions league

à franceinfo

Pour l'UEFA, cette e-Champions league est avant tout une manne financière. Tout cela s'inscrit dans la pratique des licences : l'éditeur du jeu vidéo paie pour utiliser les noms des clubs, des joueurs et des compétitions. C'est également un moyen de conquérir de nouveaux public, notamment en dehors de l'europe. "Des millions, voire des milliards de personnes jouent aux jeux vidéos !, s'enthousiasme Peter Dennis, le responsable des licences à l'UEFA. C'est une nouvelle génération de fans et de nos compétitions. Les gens qui s'intéressent aujourd'hui aux jeux vidéos pourraient demain être des supporters qui viennent au stade."

Vous êtes à nouveau en ligne