En direct du monde. En chine, un ingénieur épouse une femme...robot

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un ingénieur chinois a créé sa conjointe et il en est fier ! Dans ce pays, Il y a 113 hommes pour 100 femmes. 

Un chinois de 31 ans a comblé sa solitude, en épousant une femme robot !
Elle s’appelle Yingying et elle sort du cerveau de Zheng. Les internautes chinois se sont beaucoup moqués de l’inventeur de ce robot, mais ce mariage est plus sérieux qu’il n’en a l’air.

Zheng Jiajia est sans doute quelqu’un de très original, d'un peu loufoque, mais c'est avant tout un ingénieur qui a travaillé dans le passé pour Huawei, l’entreprise chinoise qui rêve de décoiffer Apple. Il est passé ensuite par un incubateur de start-up et il s’est aperçu que tous ses amis de l’université étaient comme lui. Ils ont passé tellement de temps à étudier, puis à travailler, qu’ils sont restés célibataires.

Zheng a donc décide de raconter sur internet son histoire personnelle : "Je m’appelle Zheng Jiajia. Quand j étais à la faculté, j’ai participé à des matchs de football avec des robots. À l’époque, nous les ingénieurs, on rigolait entre nous ,on se disait qu'aucune fille ne voudra se marier avec un ingénieur. On a commencé à créer des femmes robots.  Aujourd’hui, j’ai realisé mon rêve. Maintenant, ma femme robot peut dialoguer, peut distinguer les objets, peut jouer de la musique, elle marche, elle bouge. J'ai toujours rêvé que chaque famille dispose d’un robot, tout ça c'est le futur ! Enfin, j'ai réalisé une vraie femme robot !"

Des internautes se sont moqués de Zheng

Ceux qui n’ont pas d’humour disent que Zheng a voulu faire un coup de publicité. C’est possible. Mais en fait, si on prend un peu le temps de s'attarder sur cette histoire. La vie de Zheng c'est celle de beaucoup d'hommes en Chine. Dans ce pays, il faut savoir qu'il y a un problème démographique. Il y a 113 hommes pour 100 femmes. Ce qui veut dire que beaucoup d’hommes ne trouveront jamais de femmes à épouser. En épousant une femme artificielle, Zheng parle au nom de tous les hommes qui ne trouveront jamais de femmes à épouser en Chine, comme Léo, un jeune cuisinier de Pékin qui fait partie des millions de célibataires. 
"Je veux bien me marier, mais pour ça, il faut être deux personnes. Je dois rencontrer celle avec qui je veux vivre et qui pourra s'occuper de la famille", raconte-t-il.  Et il ajoute : "C 'est sur que j'ai la pression, comme vous le savez ça existe, j'essaie de la gérer. Mais c'est pas les parents qui doivent décider quand je dois me marier ! Il faut trouver la bonne personne, au bon moment."

Vous êtes à nouveau en ligne