En direct du monde.En Chine, un ex-bunker nucléaire devient un site touristique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un bunker de 100 000 mètres carrés, situé dans le sud-ouest du pays, est visité par de nombreux touristes chinois et étrangers.

C’est un lieu gigantesque, enfoui sous les montagnes, près de la ville de Chongqing, dans le sud-ouest du pays. Au total, cet ancien bunker nucléaire édifié par Mao mesure 100 000 mètres carrés, l’équivalent de 14 terrains de football. À l’intérieur, c’est un dédale de galeries, d’escaliers, de salles monumentales. Mais seuls 10 % des lieux sont pour l’instant accessibles au public. 

Aucun risque de radiation pour les visiteurs

Ce site n’a jamais fabriqué de bombe atomique. Le bunker a commencé à être édifié en 1967, trois ans après le premier essai réussi d’une bombe A par la Chine. La centrale 816 devait permettre de produire un combustible nécessaire à l’élaboration de la bombe nucléaire : le plutonium 239. Sauf que les travaux pour construire la base ont duré longtemps, trop longtemps et qu’en 1984 la Chine a décidé d’abandonner le projet convaincue qu’avec le rapprochement avec les Etats-Unis et la baisse des tensions avec l’URSS elle n’en aurait plus besoin à court terme.

De nombreux visiteurs

Le site a ouvert il y a six ans déjà aux touristes chinois est accessible aux touristes étrangers depuis peu. C’est un instrument de la propagande patriotique chinoise. À l’intérieur, on y présente des spectacles son et lumières, et une maquette de la première bombe A chinoise. Dans l’ancien cœur du réacteur, il y a même deux énormes barres factices de plutonium phosphorescents. La presse officielle chinoise fait régulièrement la publicité de ce site. Mais le directeur du bunker l’assure : ils ne font pas de promotion pour les armes nucléaires.

La Chine et ses ambitions nucléaires 

La Chine est une puissance nucléaire mais est absente de la conférence sur l’abrogation des armes atomiques. Ce n’est pas une surprise puisque la Chine est en train de renouveler ses forces nucléaires, car le leader de la Corée du Nord voisine de la Chine est lui même en train d’accélérer son programme nucléaire.

Dans le même temps il y a, selon la Chine, une autre menace venue de Corée du Sud. Là-bas, les Américains sont en train de déployer un bouclier anti-missile pour protéger justement la région des tirs nord coréens. Sauf que ce bouclier provoque la fureur de la Chine car, pour Pékin, cela va surtout permettre aux Etats-Unis de capter les activités militaires chinoises.

La presse officielle l’a annoncé : "Le déploiement de ce bouclier entraînera une course aux armements dans la région". En filigrane : cela veut dire que la Chine va élargir encore plus son arsenal nucléaire.