En direct du monde. En Belgique, une jihadiste repentie publie un livre pour aider à décoder la radicalisation

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Laura Passoni, ex-radicalisée, et Hicham Abdel Gawad, ancien salafiste, ont écrit un livre sur leurs expériences et vont faire de la prévention dans les écoles belges. 

Comment dialoguer avec une personne radicalisée ? C'est pour répondre à cette question et alors qu'elle-même s'est radicalisée à un moment de sa vie, que Laura Passoni, une mère de famille belge partie en Syrie en 2014, a écrit un livre intitulé : Comment réagir face à une personne radicalisée ?, publié aux éditions La boîte à Pandore. Il a été écrit avec Hicham Abdel Gawad, historien des religions : tous deux sont allés à la rencontre de plus de 1 200 élèves en Belgique, pour faire de la prévention.

Le contexte d'un rapport fédéral

Cette étude fait état de propos et comportements radicalisés dans des écoles maternelles en Flandre, à propos d'enfants de trois à cinq ans. Certains refuseraient de donner la main ou insulteraient d'autres enfants non musulmans. Laura Passoni et Hicham Abdel Gawad sont allés voir des élèves plus âgés, des jeunes de 13 à 18 ans. Laura Passoni, 31 ans, deux enfants en bas âge, est un exemple vivant, une “revenante”, comme on les appelle en Belgique. Elle est revenue de Syrie en 2015, où elle avait suivi son mari. Elle a été déradicalisée. Les jeunes n'ont pas hésité à lui poser des questions franches et directes. "Est-ce que tu as vu quelqu'un mourir devant toi ? Que fait Daech ? Comment as-tu fait pour redevenir 'normale' ? Ils ont envie de savoir", explique Laura Passoni.

Une sorte de méthode de déradicalisation 

Hicham Abdel Gawad a été salafiste dans sa jeunesse. Il est aujourd'hui historien des religions. Ce livre propose des pistes de réflexions et des outils concrets pour aborder des sujets comme la mixité, l'apocalypse ou encore la notion de martyr comme l'explique l'historien. "Cela peut sembler bizarre à ceux qui nous écoutent mais le Coran ne parle pas de martyrs. Alors d'où cela vient-il ? Qu'est-ce qu'on trouve vraiment dans le Coran ? En comptant le nombre de fois où est écrit martyr, on tombe sur zéro", déclare Hicham Abdel Gawad. L'historien replace les choses dans leur contexte historique. Il livre des arguments scientifiques, mais il rappelle que sans bonne volonté, cela ne marche pas. Il est nécessaire que la personne radicalisée veuille s'en sortir, affirme-t-il.

La nécessité de parler

Laura Passoni se dit heureuse et libre. Elle tient à témoigner, à s'adresser à un maximum de jeunes dans le pays car si on lui avait parlé, dit-elle, elle ne serait peut-être pas partie en Syrie. Cette mère de famille a repris des études de comptabilité et veut prévenir les élèves des dangers des réseaux sociaux et de l'isolement. En tant que musulmane et ancienne radicalisée, elle a obtenu une légitimité face à ce jeune public dans les écoles.