En direct du monde. Aux Etats-Unis, de riches habitants de la Silicon Valley se préparent à la fin du monde

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est très sérieux. De riches américains redoutent que la fin du monde soit proche. Et ils font tout pour s'en prémunir en dépensant des sommes folles.

Hollywood traite régulièrement un thème catastrophe: la fin du monde. Si l’on en croit une longue enquête publiée dans le magazine The New Yorker, il semblerait que les millionnaires de la Silicon Valley s’y préparent. Le mouvement s’est même accéléré depuis l’élection de Donald Trump et le climat de tension qui règne aux Etats-Unis. 

Il n’y a pas en fait de menace précise. La peur d’une catastrophe naturelle, comme un tremblement de terre, existe évidemment, surtout près de la faille de San Andreas. Pourquoi pas un piratage informatique massif ? Mais honnêtement, quand on lit cette enquête, on comprend que ces millionnaires ont d’abord peur des autres. L’élection de Donald Trump a montré qu’une partie de l’Amérique rejetait les élites, politiques, médiatiques, économiques. Est-ce que l’automatisation et la perte d’emplois qu’elle occasionne ne va pas finir par pousser certains Américains à bout ? L’hypothèse d’un remake de la révolution russe de 1917 ou d’une guerre civile n’est pas écartée. Tous ces scénarii sont improbables mais pas impossibles donc envisageables. Et contrairement au commun des mortels, les millionnaires de la Silicon Valley ont les moyens de s’y préparer.

Retrouvons les gestes Mc Gyver !

Pour éhapper à la fin du monde, il suffit parfois de gestes très simples : Steve Huffman, le patron du site reddit.com, s’est fait opérer des yeux parce qu’en cas de guerre civile, il ne pourra pas trouver des lunettes ou des lentilles. Il s’est constitué des stocks de nourriture, de pièces d’or, d’armes – et de munitions tant qu’à faire –. Il possède aussi plusieurs motos. Quel rapport me direz-vous ? Et bien, depuis qu’il a vu dans sa jeunesse le film catastrophe Deep Impact, où un astéroïde menace la Terre, il a remarqué que tous ceux qui s’enfuyaient en voiture restaient coincés dans les embouteillages. Un autre a pris des cours de tir à l’arc. Certains investissent dans l’immobilier pour avoir des points de chute en cas de problème. Dans des groupes privés sur Facebook, on discute aussi des lieux à l’abri du réchauffement climatique, de masques à gaz ou de bunkers sous-terrain.

La guerre froide n'est pas loin...

Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn, assure que plus de la moitié des milliardaires de la région auraient une  "assurance apocalypse", c’est-à-dire un endroit où se réfugier. Dans le Kansas, un investisseur a racheté un silo à missile de l’armée américaine pour le réaménager en une quinzaine d’appartements de luxe. A trois millions de dollars pièce, il les a tous vendus. Sécurité maximale avec des murs de trois mètres d’épaisseur, des gardes armés, des fourgons blindés capables de vous récupérer à 600 kilomètres à la ronde. Sans oublier la piscine, la salle de sport, un cinéma et de quoi vivre en autarcie pendant cinq ans. Un projet équivalent existe dans le Dakota du Sud. Un ancien cadre de Facebook s’est lui offert une petite île dans le Pacifique qu’il fait équiper en panneaux solaires. Mais il paraîtrait que la destination la plus courue pour se mettre à l’abri quand le monde s’écroulera, c’est la Nouvelle-Zélande.

Vous êtes à nouveau en ligne