En direct du monde. À Amsterdam, on fait la chasse aux touristes

La municipalité veut désormais prendre des mesures drastiques pour tenter de réduire les nuisances causées par le tourisme de masse, qui agace de plus en plus les riverains.

Haro sur le touriste à Amsterdam : cela fait plusieurs années déjà que le tourisme de masse agace de plus en plus les riverains de la capitale des Pays-Bas. A tel point que la municipalité veut désormais prendre des mesures drastiques pour tenter de réduire les nuisances. La première d’entre elles est l’interdiction complète dans certains quartiers des locations via des sites comme Airbnb. D’autres villes en Europe l’ont déjà fait comme récemment Palma de Majorque. Concrètement, Amsterdam juge Airbnb en grande partie responsable du déferlement continu de valises à roulettes dans son vieux centre qui compte, par endroits, trop de logements dédiés à la location de vacances et pas assez aux habitants eux-mêmes. Puis, ailleurs dans la ville, les propriétaires ne pourront louer leur logement à des touristes que 30 jours maximum dans l'année. La mesure sera appliquée dès l'an prochain.

Fini le vélo à bière

D’autres mesures sont plus étonnantes : Amsterdam veut déménager les points d’embarquement des bateaux mouches de son centre-ville vers sa périphérie. Restriction aussi pour les transports un peu loufoques, surtout destinés aux touristes, comme les vélos à bière (sic). Les calèches, elles non plus, ne sont plus les bienvenues. Même chose pour les magasins dits à touristes, comme les nombreux marchands de glaces, de gaufres ou de souvenirs. Des échoppes qui remplacent, depuis plusieurs années, de nombreux commerces de proximité et qui rendent fous les Amstellodamois puisqu’ils doivent donc aller de plus en plus loin pour faire leurs courses. Et enfin, la taxe touristique doit, elle aussi, fortement augmenter.

Fini le bazar en pleine nuit

Les autorités ont aussi les touristes eux-mêmes dans le collimateur. Et, surtout, leurs mauvais comportements. Amsterdam lance une campagne à l’attention des touristes, en particulier des jeunes hommes entre 18 et 34 ans. Fini le bazar en pleine nuit pendant une tournée des bars ou lors d’enterrement de vie de célibataire. Plus possible non plus d’uriner n’importe où dans la rue après avoir bu quelques bières. Désormais, la capitale a prévu des amendes très salées. Les contrevenants devront débourser 140 euros. Si l’on comprend bien que la ville veut limiter les nuisances, en chassant les touristes, la ville se prive en même temps d'une manne financière importante.

L’an dernier, l’afflux de touristes étrangers a augmenté de 11% par rapport à 2016. Aux Pays-Bas, le tourisme représente désormais environ 4% du Produit intérieur brut. L’an dernier, près de 17 millions de personnes sont venues visiter les Pays-Bas. Le problème, c’est que 37% d’entre elles ont séjourné à Amsterdam, malgré les efforts des autorités pour répartir le tourisme dans tout le royaume. Mais entre les gains du tourisme et des habitants excédés qui veulent se réapproprier leur ville, Amsterdam a tranché.

Vous êtes à nouveau en ligne