En Chine, les jeunes se rebellent en restant chez eux à ne rien faire

Épuisés par la culture du travail et les cadences infernales, de plus en plus de jeunes Chinois se rebellent. Une révolte douce, tranquille, et même... couchée.

On les appelle "Tang Ping" : les gens qui restent allongés. C'est une façon de marquer son opposition à la société de consommation, mais aussi à la culture du travail en Chine, et notamment à un phénomène récent que l’on appelle le 9-9-6 : travailler de 9 heures du matin à 9 heures du soir, 6 jours sur 7.

Qu Tian, musicienne de 25 ans, fait des petits boulots alimentaires, payés à la pièce, et ça lui va très bien comme ça. Elle passe toute ses journées dans son appartement : "Sur les réseaux sociaux, les gens disent de nous que nous sommes des jeunes allongés, des Tang Ping. Mais ça ne veut pas dire que l’on passe vraiment toute la journée couchés, à ne rien faire."

Des parasites, selon les générations précédentes

Pour ces jeunes, le fait d'être libres compte davantage que la richesse matérielle. La plupart des actifs, et surtout les personnes âgées qui ont travaillé si dur quand la Chine était encore très pauvre, critiquent ces jeunes. Ils les voient comme des parasites. Le quotidien nationaliste Global Times les accuse d’être inutiles.

Le Parti communiste n’aime pas non plus ces jeunes qui se couchent, mais il n'apprécie pas non plus ceux qui parlent trop fort. Qu Tian précise : dans ce mouvement des Tang Ping, il n’est pas question de rébellion, mais juste de liberté. "En ce qui me concerne, c’est surtout faire ce que je veux de mes journées. Je suis libre de mon temps. En général, je me couche très tard et je me lève vers midi, il n’y a pas de règle. Si je suis motivée, je vais travailler un peu plus, mais si je suis fatiguée, je ne fais rien."

Je déteste avoir un emploi du temps, travailler de 9 heures à 5 heures. C'est ma personnalité, je suis une personne introvertie, je n’aime pas trop rencontrer d’autres personnes, avoir une vie sociale.

Qu Tian

à franceinfo

Le hashtag #tangping est maintenant censuré sur les plateformes internet. Mais d'autres mouvements émergent, comme "Mo Yu", qui signifie "attraper le poisson" : une autre expression qui signifie peu ou prou "en faire le moins possible". On discute ainsi sur les réseaux sociaux du meilleur moyen de se cacher de son patron, ou de toucher son salaire sans rien faire.

Vous êtes à nouveau en ligne