En Allemagne, l'arrivée d'un musée de la saucisse dans un ancien camp de concentration suscite l'indignation

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une commune a annoncé son souhait d’ouvrir un musée de la saucisse sur le site d’un ancien camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale, avant finalement de renoncer.

La nouvelle a suscité le choc et l’indignation. Quelques jours à peine après que l’Allemagne toute entière a commémoré la journée du 27 janvier, consacrée depuis une vingtaine d’années "Journée à la mémoire des victimes du national-socialisme", il a été question d’ouvrir un musée célébrant la saucisse sur le site d'un ancien camp de concentration dans l'Etat régional de Thuringe.

L'initiative émanait de la petite commune de Mühlhausen, à trois heures de route environ au sud-ouest de Berlin. Dans cette région, la spécialité est la thüringer bratwurst, une saucisse grillée délicieuse et connue dans tout le pays. Un musée lui est consacré dans la région depuis bientôt treize ans, mais il est jugé trop petit. Un déménagement est donc envisagé. Sauf que le site choisi pour accueillir le nouveau musée fait rapidement polémique : il s'agit d'un camp voisin du camp plus grand de Buchenwald. Un camp-satellite où ont été retenues captives des centaines de femmes juives polonaises et hongroises en provenance du camp d’Auschwitz, dans la Pologne voisine, entre septembre 1944 et février 1945. Ces femmes venaient ici pour travailler de force dans une usine d’armement.

Le projet abandonné au profit d'un site commémoratif 

Vendredi soir, alors que la communauté juive évoquait un "manque de sensibilité" et de "conscience historique" et que plusieurs voix se sont élevées contre ce projet, le maire social-démocrate de Mühlhausen et le président de l’actuel musée de la saucisse sont revenus sur leurs intentions. Ils se sont excusés, assurant même ne pas connaître l’histoire du lieu. Il est vrai que rien n’indique ce qui s’y est passé.

Cet ancien camp a été totalement négligé. Le lieu sert à des panneaux solaires installés sur les toits des bâtiments. Si bien que cette polémique aura eu au moins deux avantages, faire connaître un peu plus cette saucisse en dehors des frontières allemandes, mais surtout, surtout, mieux respecter ce lieu de mémoire. Un site commémoratif sera édifié à l’emplacement du camp. Des plaques et des écrits rappelleront le passé sombre de Mühlhausen, une commune qui avait, semble-t-il, oublié un peu vite les atrocités qui y ont été perpétrées.

Vous êtes à nouveau en ligne