Aux Etats-Unis, le "shutdown" fait son effet

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une partie de l'administration fédérale américaine est à l'arrêt depuis samedi matin pour cause d'échec dans les tractations politiques du budget. Ce qui semblait tourner au ralenti ce week-end prend lundi davantage des allures de paralysie.  

Les Etats-Unis sont en plein "shutdown" depuis vendredi minuit. Faute d’accord au Congrès, l’administration fédérale n’est plus financée. Les fonctionnaires, dont la présence n’est pas jugée essentielle sont invités à rester chez eux, jusqu’à ce que les rallonges budgétaires soient votées. Environ 800 000 fonctionnaires fédéraux sont concernés.

Portes closes

De nombreux services sont fermés, comme ceux du fisc, ainsi que des musées et les parcs nationaux. À la Maison Blanche, il a été demandé à environ 1 000 fonctionnaires sur les 1 700 y travaillant de rester chez eux. Le zoo de Washington, célèbre pour ses trois pandas, ferme ce lundi, mais les soins et la nourriture pour les animaux seront assurés, promet la direction.

Portes ouvertes

 Reste ouvertes toutes les administrations qui concernent les opérations militaires, la justice, la poste, ainsi que certains lieux touristiques. Ainsi, la statue de la Liberté, fermée aux visites ce week-end à cause de l''imbroglio budgétaire, doit rouvrir lundi. Le gouverneur de l’Etat de New York a fait savoir qu’il allait payer de sa poche les employés fédéraux, afin d'assurer l'accueil des visites publiques.

Les "Dreamers" au cœur des discussions 

Il n'est pas rare que les deux camps, démocrate et républicain, se disputent sur les rallonges budgétaires. Mais souvent, les négociations aboutissent. Cette fois, le bras de fer politique se prolonge sur un sujet sensible, les "Dreamers", ces jeunes immigrés arrivés aux Etats-Unis avec leurs parents. Ils sont environ 700 000 dans le pays. Barack Obama leur avait accordé un permis provisoire, que son successeur, Donald Trump veut leur retirer. c'est ce dossier que les démocrates ont mis dans la balance lors des discussions budgétaires.

Le vote prévu cette nuit au Sénat qui pourrait mettre fin au bras de fer, prévu dans la nuit dernière, a été reporté à 18 heures (heure de Paris). Le précédent "shutdown" en 2013, sous la présidence de Barack Obama avait duré 16 jours...   

Vous êtes à nouveau en ligne