Au Pérou, la traversée du Quelccaya, glacier encore jamais exploré, se prépare

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le plus vaste glacier du monde, au sud-est du pays, n'a jamais été traversé jusqu'à présent.  

C'est une première au Pérou. Quatre guides de haute-montagne, trois Français et un Argentin, se sont lancé le défi de traverser le plus vaste glacier du monde, le Quelccaya, situé dans la région de Cuzco, au sud-est du pays. D'une durée de quatre jours, cette expédition exceptionnelle a une vocation sportive et scientifique.

L'objectif des Français Stéphane Vallin, Dominique Riva, Mathias Virili et de l'Argentin Emanuel Rocha est de traverser cette immense calotte glaciaire dans sa partie la plus longue, qui s'étend sur 25 kilomètres, dans une zone très isolée du pays, au milieu de la Cordillère des Andes et à plus de 5 500 mètres d'altitude. 

Une traversée risquée

"Le Quelccaya est atypique car c’est une grande calotte glaciaire plane. Tout autour le glacier est entouré d’une cordillère de montagnes, la cordillère du Vilcanota, avec des sommets qui culminent à 6 500 mètres d’altitude. Il a une grande particularité : il se situe sur l’Altiplano péruvien, très proche de la forêt amazonienne. La traversée des séracs constitue la plus grande difficulté de l'expédition", explique Dominique Riva, l'un des membres de l’expédition.

Le glacier est très épais, il fait 200 mètres d’épaisseur dans sa partie la plus profonde, et avec la déglaciation subite, on s’imagine qu’il doit y avoir des crevasses et surtout de nombreux ponts de glace à franchir.

Dominique Riva, membre de l'expédition

à franceinfo

Au-delà de l’exploit sportif, l’expédition a aussi une visée scientifique car l’équipe de guides de haute-montagne espère ramener des informations inédites telles que des photos, des morceaux de glace et des relevés topographiques. En effet, le Quelccaya a beau être le plus grand glacier tropical de la planète, il reste toujours très peu étudié à l’heure actuelle. Pourtant, selon les glaciologues, ce glacier est un véritable livre ouvert sur la climatologie des Andes. Et comme les autres glaciers, il souffre du réchauffement climatique. 

Un recul de 60 mètres par an

"Le taux de fonte ou de recul du glacier est assez similaire à ce que l'on
peut observer ailleurs au Pérou. Actuellement il recule à une vitesse moyenne de 60 mètres chaque année ce qui a plusieurs conséquences. Ce glacier contient les plus grandes réserves aquifères. Il a pour fonction de réguler le débit des fleuves, surtout à Cuzco où le régime de pluie est saisonnier. Il permet de fournir de l’eau aux zones qui en manquent", analyse Sandro Arias, du service de météorologie à Cuzco.  

Le départ est fixé à samedi matin et l’équipe prévoit de revenir en milieu de semaine prochaine, pour nous dévoiler certains mystères de cette immense calotte glaciaire.

Vous êtes à nouveau en ligne