Au Japon, avec deux à trois cartes bleues par personne, un risque de pénurie de numéros de cartes de crédit

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Japon, souvent présenté comme le royaume de la consommation, rencontre un problème inattendu : la possible pénurie de numéros de cartes de crédit.

Il y a encore une vingtaine d'années, peu de commerces acceptaient les cartes de crédit et les Japonais payaient tout en liquide. Mais très récemment, le paiement par carte s’est fortement accéléré, comme le confirme cette marchande de produits à base de thé vert. "C’est derniers temps, on a bien plus de clients qui payent par carte plutôt qu’en liquide. Il faut dire que la carte c’est pratique pour les achats soudains, quand on n’a pas trop d’argent sur soi. Par contre, les personnes âgées continuent de payer en liquide, ce sont les jeunes par carte", explique-t-elle.

Une des raisons de cette accélération est la crainte d’attraper le coronavirus via la circulation des pièces et billets. Mais ce n'est pas tout. Le mouvement a été dopé par les ristournes proposées à partir d’octobre dernier par le gouvernement japonais, pour tous les paiements par carte, afin de mieux faire digérer la hausse de la TVA. Les consommateurs ont adhéré en masse à des programmes de cartes de crédit et ont en moyenne dans leur portefeuille deux ou trois cartes.

Des cartes de crédit proposées par la grande distribution ou les clubs de sport

Cela a amplifié un phénomène qui était déjà vrai avant : une offre surabondante de cartes. Au Japon, 280 entreprises proposent des cartes de crédit, qu’il s’agisse des banques bien sûr, mais aussi de la grande distribution, de clubs de sport, ou encore d’opérateurs de télécommunications.

Pour cela, elles sont associées aux géants du secteur comme Visa ou Mastercard. Ces firmes expliquent que c’est avantageux d’avoir plusieurs cartes, car toutes ont leurs spécificités. Elles offrent à chaque paiement des points de fidélité et des cadeaux au moment de la souscription. C’est très incitatif, et on finit par avoir plein de cartes qu’on utilise peu.

Risque de pénurie de numéros de carte 

Le problème, c'est que chaque carte doit avoir un numéro unique. Même si la numérotation à seize chiffres offre en théorie des milliards de combinaisons, dans la réalité elles ne peuvent pas toutes être utilisées car il y a une codification à respecter qui limite les possibilités.

La solution pour éviter la pénurie serait par exemple d’ajouter un chiffre, mais cela pose des problèmes contractuels et de compatibilité informatique. Pour le moment, l’idée est plutôt de traquer les numéros de cartes déjà pris mais plus utilisés depuis longtemps pour les réattribuer.

Vous êtes à nouveau en ligne