Au Brésil, la joueuse de beach-volley Carol Solberg sanctionnée pour avoir critiqué Jair Bolsonaro

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La joueuse a crié "Dehors Bolsonaro !" lors d’une interview en direct à la fin d’un match. La prise de position a été sanctionnée par les instances sportives brésiliennes, alors qu'aucun sportif n’a été puni quand ils ont soutenu le président brésilien .

Au Brésil, le sport a une place prépondérante dans la société et se mêle souvent de politique. Les exemples les plus connus ont eu lieu pendant la dictature où les sportifs, en particulier les footballeurs, ont pris part aux demandes de liberté de la société. Aujourd’hui, l’arrivée au pouvoir de l'extrême droite a suscité aussi de nombreux positionnements de la part des sportifs et plutôt en faveur du président Jair Bolsonaro, jusqu’à ce qu’une joueuse de beach-volley, Carol Solberg, prenne position et soit en revanche sanctionnée.

Carol Solberg n’a pas pris position pour le président mais a crié un "Dehors Bolsonaro !", lors d’une interview en direct à la fin d’un match. La joueuse a dit que le cri avait été spontané en pensant aux morts du Covid-19, aux incendies en Amazonie et dans le Pantanal, deux régions du Brésil qui ont connus de nombreux incendies ces derniers mois.

Des sanctions dans un seul sens ?

Évidemment, elle ne s’attendait pas à cette répercussion sur les réseaux sociaux et dans les instances disciplinaires du volley. Car plusieurs joueurs de l’équipe nationale masculine de volley avaient pris position en faveur de Jair Bolsonaro lors de l’élection en 2018, et aucun n’avait été puni ni même reçu un avertissement.

Le cas de la joueuse est passé devant une sorte de tribunal au nom pompeux : le tribunal supérieur de justice sportive. Carol Solberg risquait la suspension pour toute la saison alors qu’elle vient encore de remporter un match dimanche avec sa co-équipière. Ce risque de suspension avait provoqué une révolte chez les fans de la joueuse mais aussi chez d’autres sportifs qui soulignaient tous le "deux poids, deux mesures". Les instances sportives craignaient en réalité que cette sanction provoque beaucoup plus de cris "Dehors Bolsonaro !" par d’autres sportifs.

Carol Solberg a donc eu un avertissement, ce qui est quand même clairement un message à tous les sportifs : on peut applaudir le président, poser avec lui comme le fait régulièrement Neymar, mais on ne peut pas le critiquer. La joueuse a annoncé cette semaine qu’elle allait faire appel de sa sanction.

Vous êtes à nouveau en ligne