À Londres, un musée dédié au vagin ouvre ses portes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Reykjavik avait son musée du pénis. Londres a désormais son musée du vagin, avec l'ambition de briser quelques tabous.

Autour des cafés, bars et boutiques vintage du très populaire marché de Camden au nord de la capitale britannique, les Londoniens et les touristes ont été assez surpris de découvrir ce week-end un musée du vagin. Mais des milliers de visiteurs ont franchi le pas dès son premier jour. Des passants mais aussi pas mal de personnes qui ont fait le déplacement pour soutenir le projet.   

Il faut dire que c’est le premier musée permanent et gratuit entièrement consacré à cette partie de l'anatomie féminine. Un musée du pénis existe pourtant depuis des années, à Reykjavik, en Islande, mais pas de musée du vagin. La créatrice du musée, Florence Schechter, a tenu a rétablir la parité.   

Tout savoir sur "les secrets de la foufoune"  

La première exposition s'intitule Les secrets de la foufoune. "L'idée est de démystifier les 15 idées préconçues les plus importantes que nous connaissons, dont nous avons entendu parler dans la société, explique la curatrice du musée Sarah Creed. Les gens les disent en plaisantant : Oh, tu ne peux pas tomber enceinte si c'est la première fois que tu as un rapport sexuel ! Les règles sont sales ! Le clitoris est si petit que personne ne peut le trouver... C'est de l'humour mais parfois l'humour vient de la peur et du manque de connaissance. Donc, ce que nous voulons faire, c'est engager la conversation avec les gens par le biais de cet humour et être humoristique en retour. Le plus important pour moi, c'est de voir des gens d'une soixantaine d'années me dire : 'Je n'ai jamais su ça et je suis gêné de le dire'." 

Le but est d'avoir un endroit sûr pour poser des questions et ne pas se sentir jugé.

Sarah Creed, curatrice du musée du vagin à Londres

à franceinfo

Il y a aussi une exposition temporaire avec un ou une artiste mis en lumière chaque mois et qui vient présenter des œuvres en 2D pour encore une fois parler du vagin sous toutes ses formes et en toute liberté.   

Une visiteuse du nouveau Musée du vagin, à Londres le 14 novembre 2019
Une visiteuse du nouveau Musée du vagin, à Londres le 14 novembre 2019 (ISABEL INFANTES / AFP)

Un public enthousiaste

Les organisatrices ont été très impressionnées du nombre de personnes à avoir franchi les portes du musée pour ce week-end d’ouverture. Beaucoup sont sorties enrichies par cette visite. "C'était vraiment bien que tout ait été expliqué aussi ouvertement, commente une visiteuse. Cela enlève beaucoup de sujets tabous dont on ne parlerait pas autrement."

Chez les femmes, on en parle davantage maintenant, mais c'est encore très tabou pour les hommes et les hommes ne prennent pas le temps d’apprendre.

Une visiteuse

à franceinfo

Une autre femme ajoute : "C'est vraiment bien de voir tous ces mythes et idées reçues et certaines sont vraiment intéressantes. Je n'avais même pas réalisé que dans certains pays on testait les jeunes filles pour voir si elles avaient eu des rapports sexuels. C'était très instructif."  

Le musée devrait être a Camden pour les deux prochaines années en attendant de pouvoir s’installer dans une maison plus grande et d’élargir sa collection. 

Vous êtes à nouveau en ligne