À Gaza, une société israélienne transforme l'air en eau potable

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les deux millions d’habitants de ce micro-territoire manquent cruellement d'eau potable. La seule ressource est surexploitée.

Dans la bande de Gaza, une start-up a trouvé le moyen de transformer l'air en eau potable. Le générateur ressemble à un énorme cube de métal. Il est installé pour le moment sur le toit de la mairie de la ville de Khan Younes à Gaza. Il capte l’humidité dans l’air, la condense via un processus de réchauffement. Ensuite, le générateur va filtrer l’eau et la rend potable sans arrière-goût douteux.

Une technologie venue d'une entreprise israélienne

Cette machine - branchée sur des panneaux solaires - peut ainsi produire jusqu’à 6 000 litres d’eau potable par jour quand le taux d’humidité est élevé, ce qui est souvent le cas à Gaza. Mais ce qui est encore plus particulier, c’est que cette technologie vient d’une entreprise israélienne. C’est assez singulier dans ce territoire contrôlé par le Hamas qui a affronté les Israéliens dans trois guerres depuis 2008.

À la tête de la société, Michael Mirilashvili, un milliardaire russo-israélien. Pour lui, le projet est une manière d’aider, à sa façon, les Gazaouis : "Quand j’ai entendu parler pour la première fois de la grave crise de l'eau potable à Gaza, j'ai immédiatement demandé à mon équipe comment on pouvait fournir à la population nos appareils afin d'aider." Assez naïvement, le patron de cette société espère voir dans cette initiative la fin de la spirale négative des relations entre Israël et Gaza mais autant dire qu’il faudra bien plus que ces générateurs d’eau pour y parvenir.

2 millions d'habitants en manque d'eau potable

Cette technologie pourrait être le début d’une petite révolution dans l’enclave côtière sous blocus depuis 2007. Dans ce micro-territoire de deux millions d’habitants, il y a une pénurie chronique d’eau potable, et seulement 3% de l’eau potable répond aux normes internationales. Les Nations unies ont d’ailleurs prédit l’an dernier, dans un rapport, que Gaza commencerait à être invivable à partir de 2020 si cela continue.

L’eau potable est puisée dans le sol depuis trop longtemps. La pression démographique sur le territoire accroît la pression sur l'aquifère, la seule ressource en eau. Surexploité, il s’est depuis rempli d’eau de la mer Méditerranée. Résultat, l’eau ne sert qu’à laver les vêtements. Elle est trop salée pour être bue et pour un usage agricole. Elle endommage les appareils de la maison et cela se ressent sur la population, il y a un taux particulièrement alarmant de calculs rénaux et de diarrhées à Gaza.

Vous êtes à nouveau en ligne