À Athènes, le nouveau parvis en béton armé du Parthénon fait grincer des dents

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Certains estiment que cet aménagement, censé faciliter le passage des engins de restauration et faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite, fait le jeu du tourisme de masse issu des bateaux de croisière.

Le ministère grec de la Culture a décidé de bétonner le pourtour du Parthénon, à Athènes. Les travaux ont été faits en pleine période de Covid-19, où personne ne pouvait monter sur le site. Il s'agit d'un parcours par endroits en béton armé, donc pratiquement irréversible, long d'environ 200 mètres et large de 3 à 15 mètres.

Selon la ministre, décriée dans le pays, le parcours aurait été réalisé pour améliorer l'accès des fauteuils roulants et faciliter le transport des blocs de marbre jusqu'au Parthénon, toujours en restauration. Or, aucune association de personnes à mobilité réduite n'a été consultée et l'épaisseur de cette bande de béton est par endroits trop mince pour supporter le poids des machines et des blocs de marbre. De plus, pour qu'un site ait le label grec "d'accessible aux personnes à mobilité réduite", l'inclinaison des sols ne doit pas dépasser les 6%, tandis que celui-ci atteint par endroits jusqu'à 14%.

Dior ne veut plus y défiler

L'ascenseur et la nouvelle illumination du site qui ont été faites en même temps sont plutôt appréciés par les Grecs, mais le bétonnage est contesté, en particulier parce que sa seule explication serait, selon ses détracteurs, la volonté de rendre le site accessible à un tourisme de masse issu des bateaux de croisière. Les touristes pourraient ainsi faire le tour du Parthénon au pas de course et en masse, ce qui permettrait de réduire les files d'atente qui actuellement peuvent aller jusqu'à une demi-heure. De plus, selon la presse locale, la maison Dior devait y faire un défilé de mode, mais selon des fuites venues du ministère, aurait pas apprécié ce bétonnage qui enlève le caractère antique du monument et serait à la recherche d'un nouveau site.

Vous êtes à nouveau en ligne