Pollution de l'air : les eurodéputés dénoncent l'hypocrisie des Etats membres

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A un mois de l'ouverture de la conférence de Paris sur le climat, pendant que le Parlement européen adoptait des mesures renforcées pour lutter contre la pollution, les États membres ont décidé cette semaine d'assouplir les seuils d'émission de diesel, malgré le scandale Volkswagen. Suscitant la colère des eurodéputés qui les accusent, derrière les beaux discours, de toujours défendre l'industrie.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des écologistes jusqu'aux Libéraux, les députés européens ont dénoncé cette semaine ce que l'élu Vert Yannick Jadot considère comme un "triste compromis ", fruit de la "collusion entre les Etats et l'industrie. Les gouvernements européens, sous la pression de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni, encouragent les industriels à violer la loi et à polluer* ".

Seuls les Pays-Bas ont voté contre le compromis , le jugeant trop laxiste. L'Allemagne et la France préférant accorder plus de souplesse aux constructeurs.

Si les Verts ont immédiatement annoncé qu'ils envisageaient un recours juridique, rappelant les problème de santé publique liés à la pollution de l'air et les 100.000 décès prématurés causés par le diesel en Europe, les eurodéputés n'ont pas manqué d'interpeller Laurent Fabius sur cette question. Le ministre français des Affaires étrangères est aussi le président de la COP 21 et venait justement préparer la conférence à Strasbourg, où il a été auditionné par deux commissions du Parlement européen. Diplomatiquement, il a affirmé vouloir écouter toutes les parties, afin de parvenir à un compromis "dans le sens positif de l'ambition ", à Paris. Une nécessité, explique-t-il, "pour que le monde ne devienne pas invivable ".

Pendant ce temps, les députés européens s'efforcent de continuer à prendre soin de notre planète

Cette semaine encore, ils ont renforcé la législation sur les émissions de dioxyde de soufre, d'ammoniac, de particules, de méthane, en décidant néanmoins d'en exclure le gaz issu des flatulences des vaches. Car comme le faisait remarquer dans l'hémicycle le socialiste français Eric Andrieu, "le Parlement européen n'a pas encore le pouvoir d'empêcher les vaches ni de péter, ni de roter ".

  • Yannick Jadot vient de publier Climat : la guerre de l'ombre. Les citoyens face aux Etats et aux lobbys, illustré par Léo Quievreux, aux éditions* Le passager clandestin : "Un livre sur l'engagement citoyen et la responsabilité politique, contre le cynisme et le renoncement* ".
Vous êtes à nouveau en ligne