Métiers : vive la mobilité !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les médecins suspendus ou radiés ne pourront plus faire carrière dans un autre pays d'Europe. Plusieurs centaines de professions, dont les médecins, bénéficieront bientôt d'une carte professionnelle européenne, mise à jour régulièrement. Un reportage de Corinne Fugler.

Le
Parlement européen a donné son feu vert mercredi 9 octobre à Strasbourg. Cette
nouvelle carte, en fait un certificat électronique, facilitera la reconnaissance
mutuelle des qualifications professionnelles. Médecins, pharmaciens,
vétérinaires, architectes, 700 à 800 professions sont concernées en France. Pour
la députée socialiste Bernadette Vergnaud , rapporteur de ce dossier au
Parlement, il s'agit avant tout de favoriser la mobilité des Européens. Un
impératif dans les régions touchées par le chômage.

Pour
en arriver là, il a fallu répertorier les métiers et les formations. D'un pays
à l'autre, par exemple, il existe des différences entre les missions confiées
aux sages-femmes. Idem pour les infirmières des 28. La
démarche sera gratuite. Elle prendra trois semaines à un mois.

Cette carte professionnelle entrera en vigueur fin 2014 ou
début 2015.

Elle
précisera les états de service du candidat à la mobilité. Elle fonctionnera
aussi comme un mécanisme d'alerte. Pour la députée UMP Constance Le Grip ,
qui siège elle aussi au Parlement européen à la commission du marché intérieur,
cette mutualisation apportera davantage de sécurité aux citoyens, notamment
dans le domaine de la santé.  Il existera
en effet un mécanisme d'alerte. Si un professionnel de la santé, médecin, kiné,
pharmacien, est frappé d'une sanction dans un état, les autorités seront tenues
de le signaler dans les trois jours. Cela évitera qu'un praticien condamné chez
lui n'aille faire carrière dans un autre pays.

Plus
d'informations sur le site de la Commission européenne

Vous êtes à nouveau en ligne