L'Europe pointe du doigt la surpopulation carcérale en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans les prisons de l'Union européenne, il y a aujourd'hui plus 1.700.000 détenus. Un chiffre en très léger recul, moins 5%, selon un rapport rendu cette semaine au Conseil de l'Europe

Selon le rapport rendu cette semaine par des experts au Conseil de l'Europe , pour 100 places disponibles dans les prisons de l'Union européenne, on compte 98 détenus. Le nombre de personnes incarcérées est donc en très léger recul -moins 90.000 par rapport à 2011

Toutefois, la situation est disparate entre les états scandinave s , cités comme modèles par les experts, et les états du sud , notamment la Serbie, la Hongrie, Chypre ou l'Italie, pointés du doigt. 

Cela s'explique à la fois par la durée moyenne des peines prononcées , plus courtes dans le nord de l'Europe que dans le sud, mais aussi par la capacité des états à proposer des peines alternatives. 

En Europe, la peine médiane effectuée est de 10 mois . Une durée qui peut sembler courte mais qui tient compte autant des peines effectivement prononcées que des détentions provisoires :* "Seuls 7% des accusés en attente de jugement sont placés sous la supervision des services de probation* " selon les experts. Le rapport conclut en faveur d'une mise en place beaucoup plus systématique des peines alternatives.

Parmi les pays épinglés par ce rapport, la France : c'est l'un des rares états où la population carcérale est en hausse de plus de 5%.

Vous êtes à nouveau en ligne