Juncker veut multiplier les milliards pour l'investissement en Europe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dévoilé cette semaine devant le Parlement européen le projet phare de son mandat: un plan destiné à mobiliser 315 milliards d'euros pour les investissements. Formidable défi pour les uns, pari risqué pour les autres: même s'il doit encore faire ses preuves, ce plan a été globalement bien accueilli par les députés européens.

"C’est Noël avant l’heure . Il  y a plus d’un mois, je vous ai promis un ambitieux plan d’investissements. Je tiens ici ma promesse"  , a souligné Jean-Claude Juncker en présentant son plan de 315 milliards d’euros devant les députés européens, ce mercredi 26 novembre. "Ce plan va donner un nouvel essor à l’Europe, faire souffler un vent nouveau. Il permettra de rétablir la confiance" , s’est réjoui le président du Parlement européen Martin Schulz. Que d’optimisme affiché ! Mais évidemment, l’argent ne tombera pas du ciel .

 

Le constat est unanime : l’Europe souffre d’un profond manque d’investissement. Pour relancer la croissance et l’emploi, elle ne peut pas compter sur les budgets exsangues de ses Etats membres; le nouveau président de la Commission fait donc appel au privé. Jean-Claude Juncker veut le pousser à investir dans des grands projets transnationaux d’infrastructures, de transports, d’énergie, dans les nouvelles technologies, le numérique. Dans la recherche, l’éducation et la formation. A soutenir les PME qui embauchent des jeunes.

 

 « Je vois des écoliers à Thessalonique entrant dans une classe flambant neuve équipée d’ordinateurs ; je vois un hôpital à Florence où des équipements médicaux de pointe permettent de sauver des vies ; je vois un navetteur français recharger sa voiture électrique sur une aire d’autoroute, comme nous-mêmes faisons le plein d’essence aujourd’hui », a expliqué Jean-Claude Juncker.

Pour attirer les investisseurs privés, il propose que l’Europe apporte une garantie de 21 milliards d’euros : 16 milliards du budget européen et 5 milliards de la banque européenne d’investissement, le bras financier de l’Union européenne. En misant sur la confiance des investisseurs, Jean-Claude Juncker promet de multiplier cette somme par 15 au cours des trois prochaines années et ainsi de mobiliser 315 milliards d’euros. "Si nous réussissons, nous pouvons même aller encore plus loin".

 Les élus Verts en appellent eux aussi à des "investissements intelligents et utiles, au service de la dignité humaine, comme nous le rappelait le Pape François" , a insisté l’eurodéputé belge Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts. Il refuse que ce plan serve à "mettre des milliards pour couler du béton pour faire une centrale nucléaire à Flamanville, un aéroport qui ne servira à personne à Notre-Dame-des-Landes, un barrage à Sivens, ou bétonner complètement la côte espagnole" .

 

Le nouveau Fonds européen pour les investissements stratégiques entrerait en fonction en juin 2015. Selon Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, près de 700 milliards d’euros de projets sont déjà sur la table, qui vont maintenant être passés au peigne fin.

Vous êtes à nouveau en ligne