Oxmo Puccino s'amuse des mots, mais ne joue pas avec

Le rappeur sort un journal poétique, "140 pile" (Ed. Diable Vauvert) compilation des tweets de l'artiste. On y retrouve ce qui fait le succès d'Oxmo Puccino, amateur d'aphorismes et de métaphores. Il y cite parfois Guitry, Malraux, La Rochefoucauld, d'Ormesson, Khadra, mais aussi Colette Renard ou Jean-Pierre Marielle. Des références qui laissent entrevoir la soif de lecture de l'artiste. Même s'il aimerait "lire plus" encore.

Oxmo Puccino explique avoir "arrêté l'école avant de la quitter". Son goût de la lecture lui vient de son père, qui lui a conseillé "les livres qu'il fallait à l'âge qu'il fallait." L'artiste né au Mali se souvient par exemple des "Contes de la rue Broca " de Pierre Gripari.

Pour lui, impossible de préférer un auteur à un autre. "C'est comme préférer une fleur à une autre dans un grand parc."

En ce moment, le rappeur est plongé dans 'Rue de la sardine ' de John Steinbeck. Le chanteur apprécie l'écriture " très populaire " de l'auteur des 'raisins de la colère '.

Chez lui, Oxmo Puccino empile les livres qu'on lui a conseillé. Il ouvre une page au hasard : "si la page me contraint, je prends un autre livre. Si le style me plaît, c'est dans la poche." Et lorsqu'il entame un livre, il le termine. Il y a toujours selon lui quelque chose à découvrir dans un roman.

Vous êtes à nouveau en ligne