Christian Prudhomme : "Ça fait du bien de lire !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Sur les conseils de sa femme, le directeur du Tour de France lit "Demain, j'arrête!" de Gilles Legardinier. Une femme voit entrer dans sa vie un voisin au nom loufoque, Ricardo Patatras. Par amour, elle se met à collectionner les bêtises. Ce livre écrit par un homme explore les ressorts de la psychologie féminine. Et plutôt bien, à en croire l'ancien journaliste, qui a lui-même posé la question à son épouse.

Si le Tour de France a inspiré autant de livres, c'est que "le cyclisme se déroule dans la vie. Vous n'êtes pas confiné dans un stade. Vous êtes dans la rue, sur les routes, à la campagne, sur le col de l'Izoard. Il y a donc un parfum d'épopée.

"
Le premier auteur que Christian Prudhomme associe au mot vélo ? "Louis Nucéra. Parce qu'on est à quelques jours de Paris-Nice. Que le cyclisme était sa passion. Et qu'il est mort à bicyclette."

L'été, quand les Français ouvrent leurs romans sur la plage, Christian Prudhomme est sur la brèche. Pendant le Tour, impossible pour lui d'ouvrir un livre. Ses lectures se résument à la presse du jour. Mais une fois la Grande Boucle achevée, il se rattrape."J'aime lire avant et après la sieste, à laquelle je ne déroge pas! Le roman, c'est le rêve. L'évasion. Ça fait du bien de lire!" dit Christian Prudhomme, qui associe le livre au voyage. "Quand je vais dans les îles, j'aime bien avoir Le Clézio..."

Quant à prendre la plume pour décrire le Tour de France de l'intérieur, le patron de la Grande Boucle ne l'exclut pas. "Ça me titille. Mais pas maintenant. Quand j'aurai arrêté."

Vous êtes à nouveau en ligne