Russie, Chine, Iran : géopolitique du complotisme

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, décryptent les phénomènes complotistes en lien avec l'actualité.

Quand la Chine bannit la BBC en l’accusant de “fake news”, cela a bien un lien avec le complotisme… Quand Aleixeï Navalny attaque le pouvoir russe, Moscou crie au complot occidental… Et en Iran, une chaîne de télé contrôlée par l’Etat diffuse des théories du complot sur le Covid-19.

Le complotisme est, pour certains régimes, une arme de propagande internationale.

Déstabiliser les démocraties

Que ce soit en Russie, en Chine ou encore en Iran, certains médias étatiques ou contrôlés par le pouvoir en place n'hésitent pas à relayer des théories du complot, notamment pour étendre leur influence et leur vision du monde à l'étranger, en France par exemple.

Emmanuel Macron l'évoquait en 2017, lors d'une conférence de presse aux côtés de Vladimir Poutine, en répondant à une journaliste de Russia Today France : "Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence."

Géopolitique du complotisme : c’est le troisième épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver une semaine sur deux sur le site de franceinfo, l'application Radio France, et d'autres plateformes de podcasts.

Vous êtes à nouveau en ligne