Yu Liang Zheng, buraliste à Paris

Un quart des bureaux de tabac d’Ile de France sont aujourd’hui tenus par des propriétaires d’origine chinoise. Le phénomène est concentré à Paris et sa région mais il a littéralement explosé au cours de ces 10 dernières années. Le rachat massif de ces fonds de commerces traditionnellement détenus par les Auvergnats s’est accompagné de son lot de suspicions et de jalousies. Rencontre avec l'un des milliers de "buralistes chinois" de la capitale.

Lin et Yu Liang Zheng sont originaires du Wenzhou, au sud-est de la Chine. Yu Liang a commencé à travailler à 12 ans, dans sa province. Il a été paysan avant de tenter sa chance en France à l'âge de 22 ans. Aujourd'hui il en a 46 et son bar tabac c’est le rêve d’une vie meilleure qui se réalise.

Les Zheng ont 4 enfants et sont tout juste naturalisés. Ils répondent sans complexe aux questions sur le financement de leur affaire. En plus du petit pécule hérité du père de Yu Liang et d'économies réalisées au cours de 20 années en France, la famille a eu recours à toute une série de prêts « communautaire » : la tontine.

Soucieux de s'intégrer au mieux, ils se sont installés au dessus de leur commerce et les enfants vont à l'école du quartier. Un quartier qui, selon Yu Liang, les a bien accueillis.

 

Café Victor, 58 rue Custine. Paris 18e.

 

Vous êtes à nouveau en ligne