Vie étudiante : l'envers du décor

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cette semaine, France info va à la rencontre des étudiants, et plus précisément ceux de Montpellier, la deuxième ville universitaire de France. Ils sont 65.000 à y suivre des études supérieures. A quoi rêvent-ils? Quelles sont leurs aspirations ? Comment vivent-ils ? Dans quelles conditions étudient-ils ? Une semaine de reportages signés Isabelle Chaillou.

Vendredi: la fête

On ne pouvait pas clore cette semaine sans parler d’un aspect, tout de même essentiel de la vie étudiante : la fête.
C’est vrai qu’à Montpellier les cours d’amphis ont de la concurrence: les plages sont à 2O minutes…et le soir des centaines d’étudiants se retrouvent dans les ruelles étroites du centre où se succèdent cafés, brasseries, bars à vins ou à cocktails.
Bruit, alcool: les riverains se plaignent des nuisances.
Elles sont pourtant intimement liées à l’histoire de Montpellier, une des plus vieilles villes universitaires du monde.
Patrick Gilli, directeur du centre d'études médiévales de l'université Montpellier 3 rappelle que "dés le 12eme siècle, dés l’instant où l'Université commence à se développer se pose le problème des tensions entre les “écoliers” et les Bourgeois, au sens médiéval...car les étudiants sont impliqués dans des rixes, des agressions. Un classique de la vie Universitaire est la figure du goliard, l’étudiant dissipé qui passe sa vie dans les tavernes "

(Radio France © France Info)

Lundi : La fac à l'ère du numérique

5 JOURS A LA UNE - FAC NUMERIQUE
--'--
--'--

Vieille de plus de 800 ans, la faculté de médecine de Montpellier est la plus ancienne au monde. Malgré cet héritage, l'institution est entrée de plain-pied dans le XXIe siècle.  Aujourd'hui, des cours se font en visioconférence : les étudiants sont dans l'amphi, mais le prof se trouve à l'autre bout de la ville, à la fac de pharmacie, ou même à l'université de Nîmes.  "J'aimais bien écrire sur des transparents, construire le cours avec les élèves", regrette le professeur Zanca. "C'est plus délicat avec cette technologie mais cela permet d'autres interactions avec les étudiants et la pédagogie reste la pédagogie", poursuit-il.

Les étudiants sont eux aussi passés à l'ère du numérique. Tous les cours sont mis en ligne sur le site de la fac, leur espace numérique de travail permet aussi de poser des questions aux enseignants.

Cette dématérialisation de l'enseignement se retrouve dans toutes les universités de Montpellier. Rien qu'à la fac de lettres et sciences humaines (Montpellier 3), un millier d'étudiants suivent leur cursus via Internet.

Vous êtes à nouveau en ligne