Une maison économe, c'est possible

Pour ne plus être tributaire des hausses des tarifs de l'énergie, certains se sont organisés. Exemple : cette maison économe, à Albens en Savoie.

Lorsqu'il a acheté
sa maison en 2009, Marc Tuttino s'est tout de suite dit qu'il fallait supprimer
la chaudière et les deux énormes cuves de fioul qui encombraient l'entrée.
Cette maison des années 60 consommait près de 6.000 litres de fioul par an. A un
euro le litre, ce n'était pas vivable pour ce jeune couple et leurs quatre
enfants.

Travaux amortis en 10 ans

Cet urbaniste n'est pas un écologiste de la première heure mais il est
avant tout pragmatique. Le coût des travaux, 75.000 euros, a été intégré dans
le prêt immobilier et d'après ses calculs, il sera amorti en dix ans.

Il a donc
fait appel à Jonathan Gandy, conseiller en énergie à Chambéry, puis il a
commencé par isoler les murs avec de la laine de bois, du liège, ainsi que le
grenier, avec une épaisse couche de ouate de cellulose sur 100 mètres carré et
toutes les fenêtres ont été changées. Le toit de la maison est recouvert de
quinze mètres carré de panneaux solaires thermiques et un poêle à granulés de
bois a été installé en complément dans le salon.

Des économies sur le chauffage...

Au total, cette famille se
chauffe et se douche pour un peu plus de 600 euros par an. Pour Jonathan Gandy,
Marc Tuttino a fait le bon choix. Il consomme un peu plus de deux tonnes de
granulés de bois par an. A 250 euros la tonne, on est loin des prix du fioul.

Pas question de
vivre à l'âge de pierre, il fait 19 à 20 degrés dans cette maison,
et avec un ordinateur, une télévision ou un lave-vaisselle, cette famille n'a
pas les yeux rivés en permanence sur sa consommation en électricité.

Mais pour
réduire à ce point ses factures, il faut accepter d'investir dans des travaux.
Le cabinet de conseil en énergie de Chambéry lui a facturé 6.000 euros pour le
diagnostic et la conception des travaux. Pour Jonathan Gandy, du réseau
Greeneo, un réseau de conseillers en économies d'énergie, il est regrettable
que cette famille soit une exception car l'énergie va devenir de plus en plus
chère.

... mais pas sur les déplacements

Selon ses courbes, le prix du fioul augmente de 10% par an depuis 1995,
celui du gaz de 6 à 7% depuis les années 2000 et le prix de l'électricité va
croître de 30% d'ici 6 ans. Il estime que 13 millions de logements sont à
rénover en France et que deux tiers des maisons neuves sont équipées de
chauffage électrique.

Mais en attendant,
la famille Tuttino ne se sent pas complètement libérée de la contrainte
énergétique. Marc est urbaniste à Annecy, sa femme est sage-femme libérale, ils
ont quatre enfants et leurs deux voitures restent indispensables. Ils dépensent
plus de 400 euros d'essence par mois.