Rentrée universitaire à Nanterre : la vie en solo ou pas

C'est la rentrée des universités. Toute cette semaine France Info vous emmène à Nanterre avec trois étudiants de première année qui découvrent le monde de la fac. Aujourd'hui nous retrouvons Elena, Axel et Arthur pour parler logement. Pas facile, quand on est étudiant, de vivre sous le même toit que ses parents ou de découvrir la vie en solo.

A 21 ans, Elena a encore sa chambre dans le pavillon de banlieue
de ses parents. Au mur, un planisphère et un pêle-mêle de 288 photos
d'Australie.

Elle vient de passer deux ans à voyager : se retrouver en
première année de fac et retourner vivre chez ses parents, forcément, ça
demande quelques ajustements. Il faut retrouver les règles de la vie en
famille, participer aux tâches ménagères, ne pas arriver à n'importe quelle
heure sans prévenir... ou ne pas piocher n'importe quoi dans le frigo !

 La vie de famille

 Malgré les contraintes quotidiennes, Elena et ses parents n'ont
pas peur de se retrouver sous le même toit. "Mes parents sont là, je
ne vois pas pourquoi je n'en profiterais pas
", dit Elena. "Pourquoi,
au nom de l'indépendance, vouloir à tout prix un studio dans Paris, alors que
même si je travaillais, ça ne suffirait pas à tout payer ?
"

 Comme Elena, Axel, l'étudiant en sports, vit dans la maison
familiale, avec ses parents et ses deux soeurs. Sauf que venir à Nanterre
depuis le Val d'Oise, c'est long, très long : 1 h30 de porte à porte.

Malgré les temps de transport à rallonge, Axel aime rentrer chez
lui, parce qu'il y retrouve ses copains et surtout le football, sa passion :
les entraînements ont lieu trois soirs par semaine. Certaines journées
commencent à 6 heures du matin et se terminent à 23h. Un sacerdoce. Mais Axel
est opiniâtre. Il sait que s'il veut réussir, il faut tout donner :
"C'est la clé ".

 7% des étudiants en Cité U

 Des trois étudiants que nous suivons cette semaine, Arthur est
celui qui s'en sort le mieux question logement. Ses parents lui paient le loyer
d'un studio dans Paris, ils lui donnent également un budget mensuel à gérer.
Arthur découvre l'autonomie... et le fonctionnement d'une machine à laver !

Ce très bon élève partage son temps entre la fac et une classe préparatoire
aux grandes écoles. Il pouvait rester à Marseille pour continuer ses études.
Mais venir à Paris, c'était aussi un choix de vie.

Pour ceux qui ne peuvent être logés ni par leurs parents, ni dans
le parc privé, il reste la cité U, la résidence universitaire... quasi impossible
à décrocher : elle ne concerne que 7 % des étudiants sur toute la France.

 

Vous êtes à nouveau en ligne